BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


Revue de l'Union des femmes de France - 1922-1938
Bulletin mensuel


1er août 1922

BLAMONT. - Le Comité dé Blâmont, privé du concours de sa dévouée présidente, morte au début dé l'exercice 1921, et très éprouvé par la dispersion de ses membres et par la perte de son matériel, a fait un effort sérieux pour se réorganiser. En attendant l'Assemblée générale, qui permettra de compléter l'élection du bureau et de faire le recensement des membres, les dames du Comité ont promis de chercher à recruter le plus d'adhérentes possible. Dès l'automne 1921, des séances de couture ont pu être mises sur pied elles quinze a vingt ouvrières bénévoles qui y assistent confectionnent des layettes destinées à la consultation de nourrissons.


1er novembre 1923

Blâmont : Ouvroir pour la consultation de nourrissons.


1er mars 1924

BLAMONT. - Les consultations de nourrissons organisées par l'U. F. F. dans les 32 communes du canton se continuent avec succès.
84 nourrissons de moins d'un an; 87 de deux ans sont ainsi surveillés. Ils représentent, les trois quarts des nourrissons du canton.
Il est à souhaiter que les mamans des autres se décident à faire profiter leurs bébés de cette surveillance médicale.
Mme de Turckheim et MM. les docteurs Henriot et Humbert y mettent tout leur dévouement.


1er août 1924

I. - Approbation de diverses délibérations.
L'Assemblée . générale, conformément à l'article 14 des statuts, approuve :
[...]
3° Une délibération du Conseil d'administration en date du 16 mai 1924 décidant l'acquisition du Château de Blamont (Meurthe-et-Moselle), au prix de 50.000 francs, pour y installer une pouponnière qui serait gérée par le Comité de Nancy.

BLAMONT. - Présidente : Mme de Turckheim.
30 consultations de nourrissons dans le canton.
A Blamont, ouvroir, distributions de vêlements et layettes.


1er septembre 1924

Toutes les femmes, hélas, ne peuvent jouir du luxe de garder et d'élever leurs bébés; beaucoup d'entre elles, quelquefois à leur grand regret, sont obligées de les confier à l'Assistance publique, ou de les placer eh nourrice. C'est une fatalité Inéluctable contre laquelle n'est pas encore armée la société actuelle; mais elle peut tout au-moins combattre les dangers qui planent sur les petits nourrissons, en créant des centres d'élevage et, mieux encore, des pouponnières où les enfants assistés ou bien forcément éloignés de leur mère trouvent les soins éclairés et assidus auxquels seuls les enfants des classes plus favorisées pouvaient prétendre autrefois. Grâce à une généreuse initiative privée, le château de Blamont est offert au Comité de Nancy de l'U. F. F., pour y installer une pouponnière de 50 à 80 berceaux dans un délai assez court.
Nous aurons alors la joie de contribuer davantage encore au sauvetage de petits Français qui ont le droit de vivre, comme, nous, nous avons le devoir de les y aider de toutes nos forces.


1er juillet 1925

NANCY. -. L'Assemblée générale annuelle du Comité de Nancy de l'U. F. F. a eu lieu ces jours derniers sous la présidence d'honneur de M. le médecin inspecteur Merlat, directeur du Service de Santé du 20e corps et de Mmes Pissard, directrice adjointe et Sàngnier, directrice régionale de la propagande, déléguées du Comité central. [...]
Pour terminer, le baron de Turckheim vint exposer l'organisation et les plans de la Maison maternelle de Blamont, dont, par une généreuse initiative, il a doté le Comité de Nancy de l'U. F. F. Cet établissement dont les travaux, déjà très avancés, permettent de prévoir l'ouverture pour les premiers jours du mois d'août, pourra recueillir environ 70 à 80 enfants et 25 mères et les hospitaliser avec les derniers, perfectionnements du confort et de l'hygiène, sous la surveillance la plus active et la plus éclairée. Il réduira dans de notables proportions la mortalité si nombreuse parmi les enfants du premier âge, abandonnés ou confiés à des soins mercenaires, et complétera la liste des Oeuvres créées par l'U. F. F. pour la sauvegarde et la protection de l'enfance et la défense de la race.


Juillet-août 1926

Maison maternelle de Blamont : ouverte au début de l'année. Elle peut recevoir 80 enfants de 1 à 18 mois, confiés par l'Assistance publique, le ministère d'hygiène sociale, le service départemental d'hygiène et les particuliers.


Octobre 1927


Avril-mai 1929

OEuvre d'assistance postmaternelle. - A la maternité, ou l'accouchement a lieu, il est demandé aux mères l'engagement moral de ne pas abandonner leur petit, de l'allaiter pendant les premiers mois de la naissance. Elles ont donc le choix, ou d'entrer à l'asile postmaternel de Saint-Stanislas, durant trois mois, avec leur enfant, défrayées de tout, pouvant même un peu gagner, ou d'aller à la Maison maternelle de Blâmont, où elles peuvent rester dix-huit mois avec leur enfant.
Sur les 69 accouchées de 1928 :
52 mères sont entrées à l'hôpital Saint-Stanislas;.
12 mères sont entrées à l'Asile maternel de Blâmont ;
4 mères sont entrées dans leur famille;
1 mère a abandonné son enfant à l'Assistance publique.

Maison maternelle de Blâmont. - Cette Oeuvre remarquable, créée en 1925 par le baron de Turckheim, appartient à l'U. F. F. Elle est administrée par une Société qui se réunit en Assemblée générale le 4 mars.


Juin 1929

INFORMATIONS
L'oeuvre de la « Maison Maternelle » de Blamont fait savoir qu'elle a en ce moment dix places libres de nourrices avec leurs bébés (frais payés par le département, environ 20 francs par jour) et des places d'enfants et de nourrissons de l'Assistance. Ecrire à Mme la baronne de Turckheim, Clos-Saint-Pierre, Blamont (Meurthe-et-Moselle).


Juillet-août 1929

Oeuvre d'assistance postmaternelle : à la Maternité, où l'accouchement a lieu, il est demandé aux mères l'engagement moral de ne pas abandonner leur petit, de l'allaiter, pendant les premiers mois de la naissance. Elles ont donc le choix, ou d'entrer à l'asile postmaternel de Saint-Stanislas, durant trois mois avec leur enfant, défrayées de tout, pouvant même un peu gagner; ou d'aller à la Maison maternelle de Blamont, où elles peuvent rester dix-huit mois avec leur enfant.
Sur les 69 accouchées de 1928 : 52 mères sont entrées à Saint-Stanislas ; 12 mères sont entrées à l'asile maternel de Blamont; 4 mères sont entrées dans leur famille; 1 mère a abandonné son enfant à l'Assistance publique.
Maison maternelle de Blamont : cette Oeuvre remarquable, créée en 1925, par le baron de Turckheim, appartient à l'U. F. F. Elle est administrée par une Société qui se réunit en assemblée générale le 4 mars.


Juillet-août 1930

Oeuvre d'assistance pré-maternelle et OEuvre d'assistance infantile : 105 femmes assistées en 1929.
Après la naissance de l'enfant, la mère n'est pas abandonnée. Beaucoup restent à l'asile post-maternel et 15 cette; année, vont passer un an à la Maison maternelle de Blâmont, où elles trouvent un asile gratuit pour elles et leur enfant, pendant un an, pourvu qu'elles l'allaitent.


Novembre 1930

A côté des petits centres de puériculture, où l'on fait oeuvre utile avec des ressources limitées, la Croix-Rouge française a fondé des institutions de grande envergure qui nécessitent des budgets plus élevés. Dans cette magnifique série, citons au hasard la Maison maternelle de Blamont, créée par l'U. F. F:, dans un ancien palais des ducs de Lorraine, avec tous les raffinements de l'hygiène moderne. On y reçoit les mères nourrices après leur accouchement; on y accueille tous les enfants abandonnés ou orphelins de 8 jours à 12 moisi: nés en Meurthe-et-Moselle ; on y forme des infirmières de puériculture. Cet établissement compte 74 berceaux, 24 lits de mères nourrices et 17 lits d'élèves. Ce chiffre unique est plus éloquent que de longs commentaires.


Juillet-août 1932

Blamont qui, en plus de sa si belle Oeuvre, a fait construire un pavillon de 20 lits pour enfants ayant besoin de soins spéciaux.
[...]
BLAMONT (Meurthe-et-Moselle). - Comité fondé en janvier 1919. Siège social : « Bon Accueil ». Présidente : baronne de Turckheim.
Prévisions hospitalières : local « Bon Accueil ».
Oeuvres du Comité : lutte contre la mortalité infantile. Elle reçoit les enfants de 8 jours à 12 mois. Des consultations de nourrissons ont lieu dans presque toutes les communes du canton.
Inauguration d'un nouveau pavillon pour recevoir des enfants au sortir de la Maison maternelle, ou d'autres venant du placement familial et ayant besoin de soins particuliers. Nombre de lits : 20.
2° Ecole de gardes puéricultrices à la Maison maternelle.
3° Ouvroir, distribution de layettes.


Octobre 1933

Le samedi 22 juillet, deux cars, mis aimablement à la disposition du Comité par M. Callot, directeur de la Compagnie des tramways, emmenaient M. l'amiral Amet, les membres du Comité, ainsi qu'une quarantaine d'infirmières et auxiliaires, vers Blâmont, à la Maison maternelle, où tout le monde était attendu. M. et Mme de Turckheim, fondateurs de la Maison; Mlle Plat, directrice, et le docteur Thomas, la firent visiter en détail. On ne peut qu'emporter un sentiment de profonde admiration pour cette belle Oeuvre si parfaitement montée, et qui permet de sauver tant de jeunes vies...
Le retour se fit par Cirey-sur-Vezouze, où Mme Mazerand, présidente du Comité et M. le député Mazerand, accueillirent les excursionnistes avec leur amabilité coutumière.


Novembre 1935

Présidentes : [...]
Blâmont : Mme Hanriot, en remplacement de la baronne de Turckheim, démissionnaire.
[...]
5° Placement familial. - Les enfants privés de foyer au sortir de la Maison maternelle, de la Maternité et de celle de Blâmont, sont placés pour la nuit et les dimanches dans une famille.
[...]
7° La maison maternelle de Blâmont a reçu, en 1934, 84 mères et 240 enfants.


Juillet-août 1936

Blâmont : la Maison maternelle de Blâmont a hospitalisé, en 1935, 82 mères et leur enfant pour une durée de 80 jours pour chacune des mères.
L'école de puériculture a admis 25 élèves en 1935. Il y a eu 12 diplômes et 10 certificats décernés.


Mai-juin 1939

BLAMONT. - L'Assemblée générale du 27 mars a été présidée par Mme Hanriot. La lecture de la situation financière a été faite par la trésorière. Le trésor de guerre va être constitué par des titres déposés à la Banque de France.
Le Comité décide de faire faire des conférences sur le danger aérochimique et la défense passive.


Juillet-août 1938

BLAMONT (Meurthe-et-Moselle). - Prés. : Mme Hanriot. - 71 membres.
Cours d'aides aux. - Oeuvre de préservation de l'enfance. - Ouv. de layettes. - Dons de viande et de fortifiants aux accouchées.

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email