BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

 

Visite officielle du Président Albert Lebrun - 7 août 1937
 


Albert Lebrun (1871-1950), alors ministre des colonies, était déjà venu à Blâmont le 13 août 1911, pour présider la fête de l'Association des Gymnastes de Meurthe-et-Moselle et le premier concours régional de préparation militaire, tout en inaugurant la ligne de chemin de fer Lunéville à Blâmont et Badonviller.

Albert Lebrun est lorrain, et la majorité de sa carrière se rattache à la Meurthe-et-Moselle :

  • né le 29 août 1871 à Mercy-le-Haut (Meurthe-et-Moselle), il est fils du maire, agriculteur ;
  • il fait ses études au lycée de Nancy (actuel lycée Henri Poincaré) ;
  • après l'École polytechnique, il devient ingénieur des Mines, à Nancy en 1902 ;
  • conseiller général d'Audun-le-Roman en 1898 ;
  • président du Conseil général de Meurthe-et-Moselle de 1906 à 1932 ;
  • député de la circonscription de Briey de 1900 (plus jeune député de France) à 1920 ;
  • ministre des colonies (1911-1914) ;
  • sénateur de Meurthe-et-Moselle 1920 à 1932, vice-président du Sénat de 1925 à 1929, président du Sénat en 1931 ;
  • Ministre du Blocus et des Régions libérées après l'armistice, c'est lui qui expose au Sénat les extraits du rapport officiel de la commission instituée en vue de constater les actes commis par l'ennemi en violation du droit des gens, concernant le département de Meurthe-et-Moselle.
  • représentant de la France à la Société des Nations de 1926 à 1931.
Albert Lebrun
Albert Lebrun est élu président de la république le 10 mai 1932 après l'assassinat de Paul Doumer.

C'est le 7 août 1937 qu'il fait une brève étape à Blâmont en fin d'après midi, lors d'un voyage officiel en Lorraine, avant de se rendre à Cirey-sur-Vezouze.
 
Visite officielle du Président Albert Lebrun - 7 août 1937 Visite officielle du Président Albert Lebrun - 7 août 1937 Visite officielle du Président Albert Lebrun - 7 août 1937
Visite officielle du Président Albert Lebrun - 7 août 1937 Visite officielle du Président Albert Lebrun - 7 août 1937

Albert Lebrun
Carte commémorative du musée lorrain

Le Matin - 8 août 1937

M. Albert Lebrun a visité hier le musée lorrain à Nancy
Il s'est rendu ensuite à Lunéville où une chaude réception l'attendait et où il a pris la parole
- Les mesures financières prises par le gouvernement, a dit le président, seront efficaces si les hommes veulent bien lui consentir cette pause dont il a tant parlé.

[DU CORRESPONDANT PARTICULIER DU « MATIN» ]
Nancy, 7 août. - Par téléphone. - Demeuré fidèlement attaché à sa province natale au cours de sa longue et brillante carrière, M. Albert Lebrun n'a cessé de s'intéresser au musée lorrain installé dans l'antique palais des Ducs de Lorraine dont la construction fut entreprise au XIIIe siècle.
Ce sanctuaire d'histoire a pu récemment s'agrandir en raison du transfèrement de l'école primaire supérieure dans un immeuble neuf situé dans un quartier plus central.
A son passage à Nancy, le président de la République a donc tenu à inaugurer, en toute simplicité, la nouvelle installation du musée. Venant de Mercy-le-Haut en auto, accompagné de M. André Magre, secrétaire général de la présidence, et du lieutenant-colonel Chaudessole, de sa maison militaire, M. Lebrun est arrivé à 10 h. 30 à la préfecture où il a été reçu par M. Léon Bosney, préfet de Meurthe-et-Moselle, et il s'est aussitôt rendu à pied au musée lorrain par le parc de la Pépinière et l'hémicycle de la Carrière.
Sous la conduite de M. Pierre Marot, conservateur du musée, le chef de l'Etat a parcouru pendant trois quarts d'heure les nouvelles salles, notamment celle du deuxième étage ouverte ces jours-ci, s'arrêtant plus longuement devant la vitrine contenant l'épée d'académicien et des autographes de Maurice Barrès : celle où ont été placés le képi et le sabre de capitaine de chasseurs à pied Raymond Poincaré, ainsi que son portrait en soldat du 26e régiment d'infanterie, et devant une tunique, les décorations et l'épée du maréchal Lyautey, précieuses reliques offertes au musée par les familles de ces illustres fils de la Lorraine.
Quittant à 11 h. 30 le musée historique, M. Albert Lebrun, toujours à pied, a gagné par la place de la Carrière, la rue Héré et la place Stanislas, le nouveau musée de peinture et sculpture où il a été reçu par le conservateur M. Schiff. A midi un quart, respectueusement salué par la population, tout au long de cette promenade dans la ville, le président est rentré à la préfecture où il a déjeuné dans l'intimité avec M. Léo Lagrange, sous-secrétaire d'Etat à l'éducation physique et aux sports et M. Philippe Serre, sous-secrétaire d'Etat au travail.
Un peu avant 15 heures, le chef de l'Etat est monté en auto pour se rendre à Lunéville .

A Lunéville
Magnifiquement décorée et pavoisée, l'ancienne résidence souveraine du duc Léopold et du Roi Stanislas à Lunéville a réservé au président de la République un accueil enthousiaste.
Arrivé à 15 h. 30 devant le château et salué par les autorités, il passe en revue une compagnie du 25e régiment, d'infanterie de tirailleurs algériens de Sarrebourg, tandis que tonnaient les salves d'artillerie et que les cloches sonnaient en volée, il prit place dans une voiture escortée par un escadron du 8e dragons pour gagner le monument aux morts où il déposa une gerbe.
Dix minutes plus tard, le président arrivait au nouveau et vaste stade municipal.
Après qu'une petite fille lui eut remis un bouquet au nom de la municipalité, il prit place dans la tribune en compagnie de MM. Léo Lagrange et Serre, pour assister, en présence d'une foule énorme et vibrante, à la deuxième mi-temps du match de football entre les équipes finalistes de la Coupe de France du Foot -Ball-Club de Sochaux et du Racing Club de Strasbourg. C'est celui-ci qui, par 7 buts à 3, battit Sochaux.
Toujours acclamé par la foule M. Albert Lebrun arriva à 16 h. 45 à l'hôtel de ville où les membres du conseil municipal lui furent présentés et où lecture lui fut donnée d'une délibération lui conférant le titre de Citoyen d'honneur de Lunéville.
Le maire prononça une allocution de bienvenue à laquelle M. Lebrun répondit en termes particulièrement cordiaux.

Un discours de M. Lebrun
Le président de la République ne manqua pas, à cette occasion de parler des nombreuses difficultés actuelles.
- Le gouvernement, né dans les formes constitutionnelles les plus régulières, a établi devant les Chambres le bilan de la situation. Il a ouvert les yeux du pays aux réalités de l'heure, sans optimisme illusionniste ni pessimisme défaitiste ; il a dit les choses telles qu'elles sont, telles que les traduisent les chiffres. Aucune contradiction sérieuse ne s'est élevée. Il en a déduit tout un programme qu'avec vigueur il a commencé à mettre en oeuvre Le budget et la trésorerie ont été l'objet de ses premiers soins. Il lui faut maintenant examiner avec la même résolution la situation économique, rechercher les causes - elles sont évidentes d'ailleurs - de ce déficit de la balance commerciale qui menace d'atteindre le chiffre de 18 milliards en 1937, et d'apporter courageusement les remèdes sans lesquels les réformes réalisées par ailleurs seraient de nul effet.
Ces mesures seront-elles efficaces ? Le pays connaîtra-t-il par elles cette convalescence, cette santé auxquelles il aspire de toutes ses forces ?
Oui, certes c'est, ma conviction la plus profonde, si du moins les partis et les hommes veulent bien lui consentir cette pause dont il a été tant parlé, s'ils ne cherchent pas dans une agitation permanente à revenir sur les décisions prises et à annihiler les mesures avant même qu'elles n'aient produit leurs effets bienfaisants, si, comme le déclarait, hier, avec force, le président du conseil, on veut bien se convaincre « qu'il n'est pas de progrès social durable sans ordres dans les finances, sans tranquillité dans la rue, sans activité dans la production ».

Un vin d'honneur fut servi à 17 h. 30 et le chef de l'Etat partit pour Cirey-sur-Vezouze où, après un court arrêt à Blâmont, il arriva à 18 h. 30.
Reçu devant le monument aux morts par M. Georges Mazerand, député de Meurthe-et-Moselle, maire de la ville, il déposa une gerbe de fleurs puis il se fit présenter le conseil municipal et remit la Médaille d'honneur du travail à deux ouvriers.
Le président dina ensuite dans l'intimité chez M. Mazerand dont il est l'hôte pour la nuit.

Le président de la République à Saint-Dié et à Sainte-Marie-aux-Mines
C'est aujourd'hui que M. Albert Lebrun inaugure la deuxième percée des Vosges vers l'Alsace

Nancy, 7 août. - Téléph. Matin. - Venant en automobile de Cirey-sur-Vezouze, où il aura passé la nuit chez M. Georges Mazerand, député de Meurthe-et-Moselle, M. Albert Lebrun arrivera demain dimanche, à 9 heures du matin, devant l'hôtel de ville de Saint-Dié (Vosges), où les honneurs militaires lui seront rendus.
Après avoir gravi le grand escalier, le président de la République signera le registre des délibérations, puis entrera dans la salle du théâtre municipal, où M. Léon Jacquerez, maire de Saint-Dié, lui souhaitera la bienvenue, en présence des élus du département, des corps constitués et des notabilités.
Le chef de l'Etat visitera ensuite le musée et ira s'incliner devant la statue de Jules Ferry. Il se rendra à pied au monument élevé à la mémoire des enfants de Saint-Dié morts pour la France, inaugurera la foire-exposition, visitera le Foyer des Ferry et, de là, toujours à pied, gagnera la gare, où sera formé le train spécial qui le conduira, avec sa suite, à Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin) et où il arrivera vers 11 heures.
En compagnie de M. Queuille, ministre des travaux publics, M. Lebrun passera en revue une compagnie d'honneur et prendra place dans une tribune, d'où plusieurs discours seront prononcés; puis il ira admirer l'entrée très décorative du tunnel.
Un vin d'honneur sera offert à la mairie, puis un grand banquet d'un millier de couverts sera servi au Marché-Couvert et, dans l'après-midi, le président assistera à un goûter offert par .M. Burrus, député du Haut-Rhin, à 2.000 écoliers du canton de Sainte-Marie.
Aussitôt après. M. Albert Lebrun repartira en automobile pour Mercy-le-Haut.


Rédaction : Thierry Meurant

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email