BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

 

Joseph Colin (1863-1937)
 


Il semble que la maire Joseph Colin, gravement malade, n'ait pas assisté à la visite du Président Albert Lebrun le 7 août 1937. Il décédera d'ailleurs quinze jours plus tard.

Joseph COLIN est né à Blâmont le 11 octobre 1863. Il est le fils de Joseph COLIN (Ancerviller, 26 août 1832 - Blâmont, 1er février 1882), ouvrier forgeron domicilié à Blâmont, et de Marie Joséphine CLOCHETTE (Bertrambois, 24 juillet 1837 - Blâmont, 6 avril 1891).
En premier lieu élève à Blâmont, il poursuit des études pour devenir professeur de physique. Agrégé en 1891, son premier poste est à Montpellier.
Il épouse à Blâmont, le 12 août 1895 (avec comme témoin Ernest Bichat, doyen de la faculté des Sciences de Nancy), Reine Jeanne Marie Louise BRICE (Blâmont, 11 décembre 1869, fille de Hubert François Alexandre Brice, cultivateur, et ancien maire et conseiller général - Senones, 11 septembre 1945), dont il a trois filles :
- COLIN Marie Elisabeth (Blâmont, 29 avril 1898 - Nancy, 13 février 1990)
- COLIN Marguerite Marie (Blâmont, 3 octobre 1900 - Paris XIVème, 15 janvier 1960). L'acte porte, comme le précédent, comme parents « Joseph Colin, [...] professeur, domiciliés à Alger », et « Reine Jeanne Marie Louise Brice, [...] sans profession [...] accouchée au domicile de sa mère ».
- COLIN Marie Thérèse (Blâmont, 1er mai 1905 - Nancy, 25 mai 1991)
 
Professeur de physique au lycée d'Alger, puis professeur de physique au Lycée Louis le Grand à Paris XIVème depuis le 24 novembre 1900, il est en vacances à Blâmont le 8 août 1914 chez sa belle-mère (Hôtel du Châtelet), lors de la première invasion par les troupes bavaroises, et témoigne dans les « Rapports et procès-verbaux d'enquête de la commission instituée en vue de la commission instituée en vue de constater les actes commis par l'ennemi en violation du droit des gens. » :

« DÉPOSITION faite, le 3 décembre 1914, à PARIS, devant la Commission d'enquête.

Collège Louis le Grand - 1908
Professeurs du Collège Louis le Grand en 1908 : Joseph Colin, 2ème rang à partir du bas, 9ème de gauche à droite.

COLIN (Joseph), 51 ans, professeur au lycée Louis-le-Grand, à Paris :
Je jure de dire la vérité.
Le 13 août, vers huit heures et demie du soir, des balles ont traversé les fenêtres de ma salle à manger, à Blamont, où je me trouvais depuis la fin de juillet. Ma fille et une domestique, qui étaient occupées dans cette pièce à lire et à travailler, sont venues immédiatement se réfugier auprès de moi, dans ma chambre à coucher. J'ai alors rassemblé toute ma famille, composée de ma femme, de mes trois filles et de ma belle-mère; j'ai également appelé mes deux bonnes, et nous nous sommes tous rendus dans une pièce qui était réservée à un officier allemand. A ce moment, une bande de Bavarois ayant essayé d'enfoncer les portes, une de mes domestiques est allée ouvrir, et les soldats, conduits par un officier, ont fait irruption dans l'appartement. Ils ont d'abord accusé ma seconde fille, âgée de treize ans, d'avoir tiré sur eux par une fenêtre; mais je leur ai démontré l'absurdité de cette allégation, et ils se sont retirés en nous disant que nous pouvions nous coucher. A peine avions-nous eu le temps de nous embrasser, qu'une seconde bande pénétrait chez moi. L'officier qui la conduisait paraissait furieux. Cette fois, c'est moi qui fus accusé d'avoir tiré. Ma fille aînée, qui protestait et me tenait par le cou, reçut à la tempe et à l'oeil un coup de crosse qui fit jaillir le sang et l'abattit. Elle en portera toujours la marque. Après avoir été, à mon tour, brutalement frappé, je fus traîné dehors. Un officier bavarois s'approcha de moi et m'adressa les plus grossières injures, me crachant à plusieurs reprises au visage. Pendant ce temps, ma belle-mère, mes filles et ma femme, qui étaient restées à la maison, étaient obligées de se coucher sur le plancher de la salle à manger, pendant que les Allemands enfonçaient le buffet, brisaient le piano et cassaient la vaisselle; ma belle-mère, ma femme et une bonne recevaient de violents coups de crosse. Comme je les entendais crier, je dis à l'officier qui m'insultait : « Pour traiter ainsi des femmes, vous n'avez donc ni soeur ni mère ? » Il me répondit : « Ma mère n'a jamais fait un cochon comme toi. »
Après ces incidents, j'ai été conduit à la mairie. Quand on m'en a fait sortir, je suis passé à un endroit où venait d'être fusillé M. Foëll. J'ai vu sur le mur du sang et de la cervelle.
Le 14, j'ai été emmené avec d'autres otages jusqu'à la frontière, et le 15 au matin, j'ai été mis en liberté, surpris d'avoir la vie sauve, car les menaces dont j'ai été l'objet m'avaient bien persuadé que je serais fusillé. »

Concernant ces évènements, voir aussi Août 1914 - Lettre inédite de Joseph Colin.

Membre du conseil de l'enseignement public, Joseph Colin est nommé chevalier de la Légion d'Honneur par décret du 1er octobre 1923.
Il réside à Blâmont dès sa retraite, devient secrétaire du conseil d'administration de Bon accueil, et rédige en 1926 la Notice sur Blamont et Bon-Accueil.

Maire de Blâmont de 1930 à 1937, il décède à Blâmont le 23 août 1937.
 

Rédaction : Thierry Meurant

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email