BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

Accès à la rubrique des textes concernant 1914-1918


Pillage, incendie et otages - Les ordres de Rupprecht ? - Août 1914
 


Dans Mein Kriegestagesbuch, édité en 1929, le kronprinz Rupprecht de Bavière (1869-1955) précise à la date du 28 août 1914 :

« Als ich auf der Fahrt nach Manonviller durch Blâmont gekommen war, hatte ich den großen aber schmutzigen Ort mit bayerischen Flaggen geschmückt gesehen, welche die Mannschaften aus vorgefundenen Trikoloren durch Abtrennung ihrer roten Streifen gefertigt hatten... Ich erlasse einen Tagesbefehl, in welchem ich das strafweise Niederbrennen von Ortschaften untersage und vor Plünderungen warne. Außerdem weise ich darauf hin, daß, wenn es nötig ist, sich in einem Orte wegen des zweifelhaften Verhaltens der Bevölkerung Geiseln stellen zu lassen, man die Geiseln nicht bloß unter den angesehenen Leuten des Ortes wählen dürfe, sondern auch aus den unbemittelten, die zu Ausschreitungen viel mehr geneigt sind als die vermögenden Leute, die aus Angst um ihren Besitz vor solchen zurückscheuen. »

« Quand je suis arrivé à Blâmont lors du trajet vers Manonviller, j'avais vu ce grand, mais sale, lieu orné de drapeaux bavarois que des équipes avaient fabriqués à partir de drapeaux tricolores trouvés, en séparant leur bande rouge... J'adoptais un ordre du jour dans lequel j'interdisais l'incendie punitif des villages et mettais en garde contre le pillage. Je fis remarquer aussi, que, lorsque il est nécessaire, de prendre des otages un lieu en raison du comportement douteux de la population,  on devait non seulement choisir les otages parmi les gens respectés du lieu, mais aussi parmi les déshérités qui sont beaucoup plus enclins à des excès que les personnes fortunées, qui reculent par crainte pour leur possession. »

On constate donc que :
  • s'il est apparemment vrai que comme l'a affirmé le ministre résident du Consulat de Bavière en Suisse en février 1915 (Voir Gazette de Lausanne - 5 avril 1915), le kronprinz Rupprecht n'a « jamais été installé à Blâmont », il a bien traversé la ville en août 1914 (en se rendant le 28 août à Manonviller où les défenseurs français ont capitulé le 27)  ;
  • sa mise en garde concernant les incendies, arrive un peu tard : lors de la première invasion, ses troupes ont incendié Parux, Nonhigny, Béménil (10 août), Vaucourt (11 août), Badonviller (12 août),... puis lors de la seconde invasion Gerbéviller (24 août), etc.
  • le choix des otages est donc préconisé « aléatoire », et on peut s'interroger sur l'intérêt d'otages sans influence.
Rappelons aussi que Rupprecht de Bavière n'a pas rédigé seul ses mémoires : il a été secondé par Eugen von Frauenholz (1882-1949), qui était présent à Blâmont dès le 8 août (c'est d'ailleurs l'officier allemand qui a pris les photos de l'invasion rue de la Gare !). Lorsqu'on connaît les accusations de crime de guerre contre Rupprecht après guerre (voir en 1919, la liste des « violations des lois et coutumes de la guerre »), on comprend mieux l'intérêt pour ce témoin (et/ou acteur) pourtant direct des exactions allemandes, d'atténuer la responsabilité de son prince en évoquant des ordres donnés contre le pillage et les incendies, oralement cependant, et plus de quinze jours après les premiers faits.

Infanterie-Leibregiment auf dem marsch durch Blâmont - photo Rittmeister FrauenHolz - (8 ?) août 1914
Infanterie-Leibregiment auf dem marsch durch Blâmont - photo Rittmeister FrauenHolz - 8 août 1914


28 août 1914


 

Rédaction : Thierry Meurant

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email