BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

Accès à la rubrique des textes concernant 1914-1918


Carré militaire du cimetière de Domjevin - 1914-1918


Le carré militaire du cimetière de Domjevin comprend 80 tombes de la première guerre mondiale :

Nom Prénoms Date et lieu de naissance Date de décès Notes
ALLAIN Pierre Joseph Eugène Marie  1er mai 1884, Saint-Christophe-du-Bois (49) 8 décembre 1917 Soldat au 277ème Régiment d'Infanterie - Tué aux avant-postes de Reillon (54)
ALLION Pierre 10 octobre1887, Marsat (63) 24 avril 1915 Soldat au 217ème Régiment d'Infanterie, 6ème bataillon, 22ème compagnie - Tué à la côte 297 au sud-est de Reillon (54)
ANDRE Albert Jules Victor 31 juillet 1897, Narbonne (11) 4 mars 1918 Soldat au 60ème Régiment d'Infanterie - Tué par déflagration à Reillon (54)
APPERCEL Pierre Louis 29 mars 1887, La Chapelle de Mardore (69) 10 octobre 1915 Maître pointeur au 4ème régiment d'artillerie de campagne - Tué au combat de Reillon (54)
AUBERT Camille Théophile 25 mai 1884, Igney (88) 24 septembre 1914 Caporal au 349ème Régiment d'Infanterie - Tué à Fréménil (54)
BADET Célestin 6 septembre 1878, Fraisans (39) 8 octobre 1915 Adjudant au 223ème Régiment d'Infanterie - Tué à Reillon (54)
BERBIS Henri 13 janvier 1885, Batna (Algérie) 27 décembre 1915 2ème canonnier servant au 152ème Régiment d'Artillerie à Pied - Décédé de suites de blessures à l'hôpital de Domjevin (54)
BIENFAIT Marie Auguste Eugène  7 mars 1874, Deuxville (54) 16 octobre 1915, 2ème classe au 41ème Régiment d'Infanterie Territoriale - Tué au Bois Zeppelin, sous-secteur de Reillon (54)
BORDE Louis Henri 4 octobre 1891, Lyon 2ème arr. (69) 8 mars 1918 2ème Canonnier servant au 232ème Régiment d'Artillerie de Campagne - Tué à Reillon (54)
BORNAT Georges Anatole 22 août 1884, Merry-la-Vallée (89) 3 novembre 1916 Sapeur au 10ème Régiment du Génie, compagnie 3/26, tué à Leintrey (54)
BOUISSIERE Isidore Jean Pierre 24 juillet 1896, Burlats (81) 8 mars 1918 2ème canonnier servant au 232ème Régiment d'Artillerie de Campagne, tué à Reillon (54)
BOULLE Camille  2 janvier 1874, Vermenton (89) 22 mai 1915 2ème classe au 37ème Régiment d'Infanterie Territoriale - Décédé de suites de blessures à Vého (54)
BOUSSAROQUE Georges Louis 14 octobre 1893, Montreuil (93) 19 décembre 1917 Caporal au 1er Régiment du Génie - Tué dans le secteur de Vého (54)
BOUYNE Pierre 20 juillet 1876, Tombeboeuf (47) 14 octobre 1917 Soldat au 82ème Régiment d'Infanterie Territoriale - Tué à Reillon (54)
BRIAUNE Georges 30 décembre 1896, pupille de l'assistance publique de la Seine 4 mars 1918 Soldat au 44ème Régiment d'Infanterie - Tué dans le sous secteur de Manonviller (54)
BRIDIER Ernest Alphonse Arthur 5 octobre 1889, Saint-Sulpice-le-Dunois (23) 9 février 1916 Soldat au 100ème Régiment d'Infanterie - Tué à Vého (54)
BROUARD Augustin Jean Marie 3 mars 1891, Plessix-Balisson (22) 17 mai 1918 Soldat au 44ème Régiment d'Infanterie - Tué dans le sous secteur de Manonviller (54)
BRUN Louis 16 novembre 1877, Charmes (07) 1er février 1917 2ème canonnier servant au 7ème Régiment d'Artillerie à Pied - Tué par un éclat d'obus à Domjevin (54)
BURGAT Auguste 24 février 1883, Chamelet (69) 24 septembre 1914 Soldat au 349ème Régiment d'Infanterie - Tué à Domjevin (54)
CHALABREYSSE Jules Firmin 15 mars 1882, Vals-les-Bains (07) 12 février 1918 Soldat au 44ème Régiment d'Infanterie - Tué dans le sous secteur de Manonviller (54)
CHARLES Pierre Marie 3 mars 1871, Saint-Gilles-Pligeaux (22) 4 septembre 1915 2ème canonnier servant au 4ème Régiment d'Artillerie de Campagne - Tué à Vého (54)
CHAUVET Étienne Georges 12 août 1894, Soubise (17) 5 mars 1918 Soldat au 44ème Régiment d'Infanterie - Tué dans le sous-secteur de Manonviller (54)
CISLAGHI Jean Baptiste 29 septembre 1886, Rouvres-sous-Meilly (21) 29 janvier 1915 2ème classe au 370ème Régiment d'Infanterie - Tué à Vého (54)
COLIN Jean Marie 25 novembre 1874, Mouais (44) 28 septembre 1917 Caporal au 82ème Régiment d'Infanterie Territoriale - Tué à Vého (54)
CONSTANTIN Joseph Marie 23 septembre 1896, Etaux (74) 12 octobre 1915 2ème classe au 230ème Régiment d'Infanterie - Décédé de suites de blessures de guerre à l'ambulance 3/66 de Domjevin (54)
COQUIN François 17 mars 1873, Morlaix (29) 9 octobre 1915 2ème classe au 87ème Régiment d'Infanterie Territoriale - Tué à Reillon (54)
CORDAILLAT André 29 novembre 1884, Sainte-Thorette (18) 20 décembre 1917 Sous-lieutenant au 277ème Régiment d'Infanterie - Tué dans le sous-secteur de Domjevin (54)
CUENOT Charles Marie Jules 24 janvier 1887, Fallon (70) 19 mars 1918 Caporal au 44ème Régiment d'Infanterie - Tué à Vého (54)
DE MAISTRE Marie Joseph Bernard 17 mai 1876, Vauxbuin (02) 8 octobre 1915 Capitaine au 223ème Régiment d'Infanterie - Tué à Reillon (54)
DESGEORGES Pierre 10 mai 1887, Saint-Galmier (42) 29 juin 1915 2ème classe au 230ème Régiment d'Infanterie - Tué à Domjevin (54)
DESTOPPELEIR Martin 27 mars 1878, Armentières (59) 17 octobre 1915 Sapeur au 4ème Régiment du Génie - Tué à Domjevin (54)
DURAULT Alexis Auguste 18 août 1891, Le Puy-Notre-Dame (49) 19 janvier 1918 Soldat au 277ème Régiment d'Infanterie - Tué devant Reillon (54)
FAUGARET Auguste Félix Marie 7 juillet 1874, Escoublac (44) 1er mars 1916 Sergent au 81ème Régiment d'Infanterie Territoriale - Tué à Domjevin (54)
FAUVELLE Julien Valéry René 3 juin 1869, Laon (02) 4 août 1917 Capitaine au 39ème Régiment d'Infanterie Territoriale - Tué dans son abri incendié à Vého (54)
FRÉZARD Georges Aimé 23 avril 1886, Sainte-Barbe (88) 23 juillet 1916 Sapeur mineur au 9ème Régiment du Génie comapgnie 6/3 - Tué à Reillon (54)
GAUBERT Jules Paul 7 septembre 1878, Mercurol (26) 10 octobre 1915 2ème classe au 299ème Régiment d'Infanterie - Tué à Domjevin (54)
GAUTHIER Aimé Amédée 8 mars 1882, Abergement-le-Petit (39) 17 mars 1918  2ème classe au 44ème Régiment d'Infanterie - Tué dans le secteur de Manonviller (54)
GIBOZ Louis 9 janvier 1893, Lyon 3ème arr. (69) 17 mars 1918 2ème classe au 44ème Régiment d'Infanterie - Tué dans le secteur de Manonviller (54)
GILBERT Camille Alphonse 5 octobre 1873, Bayon (54) 16 octobre 1915 2ème classe au 41ème Régiment d'Infanterie Territoriale - Tué au bois Zeppelin, sous-secteur de Reillon (54)
GROS Auguste François 12 novembre 1879, Gillonnay (38) 15 octobre 1915 2ème classe au 299ème Régiment d'Infanterie - Tué aux avant-postes du sous-secteur de Reillon (54)
GUILLAUD BATAILLE Victorin Maximin Jean 23 décembre 1883, Bévenais (38) 14 octobre 1915 2ème classe au 299ème Régiment d'Infanterie - Décédé de blessures de guerre à l'ambulance 3/66 de Domjevin (54)
GUITARD René 19 juillet 1895, Trois-Palis (16) 10 février 1918 2ème classe au 44ème Régiment d'Infanterie à Vého (54)
GUSTIN Adrien Charles 20 janvier 1893, Aiffres (79) 4 août 1917 Maréchal des logis au 22ème Régiment d'Artillerie Coloniale, 22ème bataillon - Tué à Vého (54)
HUET Ferdinand Marcel 1 6 septembre 1895, Langeais (37) 27 septembre 1916 Sapeur au 10ème Régiment du Génie Compagnie 26/3 - Tué à Leintrey (54)
JUMEL Célestin Marie Joseph 21 juillet 1871, Iffendic (35) 8 janvier 1916 2ème classe au 81ème Régiment d'Infanterie Territoriale - Tué au P.A. XVI, secteur de Vého (54)
KERHOAS Jacques 19 avril 1872, Gouézec (29) 29 décembre 1915 2ème classe au 87ème Régiment d'Infanterie Territoriale - Décédé de blessures de guerres au Bois de la ferme de l'étang, Domjevin (54)
LAFOSSE Vincent Georges  22 janvier 1874, Paris 14ème (75) 25 août 1917 Soldat au 41ème Régiment d'Infanterie Territoriale, section coloniale d'infirmiers - Noyé par accident en service commandé au moulin Brûlé sur la Vezouze à Domjevin (54)

Voir note * ci-dessous
LAMY Henri Joseph 5 juin 1878, La Barre (39) 20 mars 1918 Soldat au 44ème Régiment d'Infanterie - Tué dans le secteur de Manonviller (54)
LAUNAY Alphonse 24 septembre 1885, Angers (49) 19 octobre 1915 2ème classe au 335ème d'Infanterie - Décédé de suites de blessures (Reillon) à Domjevin (54)
LAUZAC Jean Marie Mathurin François 14 mars 1878, Trégueux (22) 11 décembre 1915 Canonnier servant au 5ème Régiment d'Artillerie de Campagne, 31ème bataillon - Tué au ravin de Vého (54)
LEBRETON Emile Auguste Jean Marie 2 avril 1876, Nantes (44) 17 octobre 1915 Sergent au 81ème Régiment d'Infanterie Territoriale - Tué au bois Zeppelin à Reillon (54)
LESCURE Jean Elie 7 avril 1878, Saint-Germain (24) 23 juin 1915 2ème classe au 96ème Régiment d'Infanterie Territoriale - Tué à Vého (54)
LIBAROS Pascal Jean Marie Joseph 25 mars 1894, Labarthète (32) 19 janvier 1918 Sapeur au 1er Régiment du Génie - Tué à Leintrey (54)
LICK André 11 octobre 1879, Stiring-Wendel (57) 16 octobre 1915 2ème classe au 41ème Régiment d'Infanterie Territoriale - Tué au Bois Zeppelin, Reillon (54)
LOMBART Ablus Casimir Joseph 20 novembre 1895, Boyaval (62) 9 février 1917 2ème classe au 9ème Bataillon de Chasseurs à Pied - Tué par éclat d'obus à Domjevin (54)
LORIN François Théodore 27 décembre 1877, Enfant des hospices civils de la Seine-et-Marne (77) 6 juillet 1915 2ème classe au 37ème Régiment d'Infanterie Territoriale - Décédé des suites de blessures à Domjevin (54)
MARCHAND Alphonse Jean 1er mai 1893, Bouillé-Ménard (49) 28 décembre 1917 Caporal au 277ème Régiment d'Infanterie - Tué à Reillon (54)
MARY Pierre Charles 26 mai 1886, La Renaudière (49) 28 septembre 1917 Soldat au 125ème Régiment d'Infanterie - Tué à Domjevin (54)
OUGIER Léon Emile 29 novembre 1891, Fougerolles (70) 5 mars 1918 Caporal au 44ème Régiment d'Infanterie - Tué à Vého (54)
PELAT Pierre 4 juillet 1897, Sauvelade (64) 13 mars 1918 2ème classe au 60ème Régiment d'Infanterie - Tué dans le secteur de Reillon (54)
PINEAU Alphonse Jean Marie Joseph 3 mai 1885, Saint-Pierre-Montlimart (49) 20 décembre 1917 Caporal au 277ème Régiment d'Infanterie - Tué à Reillon (54)
PLOUJOUX Paul Charles 30 novembre 1883, Nyon (Canton De Vaud, Suisse) 26 juin 1915

2ème classe au 333ème Régiment d'Infanterie - Décédé de blessures de guerre à l'ambulance n° 12 de Domjevin (54)
POUILLAT Jules 17 mars 1884, Saint-Cyr-sur-Menthon (01) 27 septembre 1915 2ème classe au 223ème Régiment d'Infanterie - Tué à Reillon (54)
POULAUD Jean 5 septembre 1876, Cadouin (24) 26 juin 1915 Sergent au 96ème Régiment d'Infanterie Territoriale - Tué à Bénaménil (54)
POULET Isidore Eugène 13 août 1874, Bussières (89) 24 août 1915 2ème classe au 37ème Régiment d'Infanterie Territoriale - Tué à Domjevin (54)
REDUREAU Clovis Abel 12 décembre 1893, Nueil-les-Aubiers (79) 28 décembre 1917 Soldat au 277ème Régiment d'Infanterie (venu du 8ème cuirassiers) - Tué dans le secteur de Domjevin (54)
RETIÈRE Théophile 26 octobre 1877, Sainte-Luce (44) 1er mars 1916 Sergent au 81ème Régiment d'Infanterie Territoriale - Tué à Domjevin (54)
RICHARD Louis Adolphe  3 janvier 1887, Bousseraucourt (70) 13 mai 1917 Soldat au 239ème Régiment d'Artillerie de Campagne - Suicide à Domjevin (54)
RICHER Honoré 21 mai 1886, Cléré (37) 28 décembre 1917 Soldat au 277ème Régiment d'Infanterie - Tué à Reillon (54)
ROBIN Henri Marie 24 décembre 1871, Illifaut (22) 10 septembre 1915 2ème canonnier servant au 4ème Régiment d'Artillerie de Campagne - Tué à Vého (54)
SABATTÉ Jean Joseph Léon 11 mars 1896, Angaïs (64) 13 mars 1918 2ème classe au 60ème Régiment d'Infanterie - Tué dans le secteur de Reillon (54)
SAILLET Claude Marie Marius 29 mars 1885, Burdignin (74) 11 octobre 1915 2ème classe au 230ème Régiment d'Infanterie - Décédé de suite de blessures à l'ambulance 3/66 de Domjevin (54)
SATRE BUISSON Albert Claudius 19 août 1894, Saint-Joseph-de-Rivière (38) 23 septembre 1914 Cavalier de 2ème classe au 28ème Régiment de Dragons - Tué à Domjevin (54)
SIMON François Alexandre Joseph Marie 15 février 1871, Saint-M'Hervé (35) 10 septembre 1915 2ème canonnier servant au 4ème Régiment d'Artillerie de Campagne - Tué à Vého (54)
SPITE Nicolas Jules Emmanuel 17 juillet 1879, Saint-Nicolas-de-Port (54) 16 octobre 1915 2ème classe au 41ème Régiment d'Infanterie Territoriale - Tué au bois Zeppelin à Reillon (54)
TAILLET Anicet Albert Joseph 4 décembre 1875, Courcelles-lès-Lens (62) 24 août 1915 1ère classe au 37ème Régiment d'Infanterie Territoriale - Tué en service commandé par l'explosion d'une grenade à Domjevin (54)
TRÉAND Paul Maurice Auguste 13 août 1896, Vaux-et-Chantegrue (25) 20 mars 1918 1ère classe au 44ème Régiment d'Infanterie - Tué à Vého (54)
TUDAL Jean Marie 8 mai 1872, Fouesnant (29) 17 octobre 1915 2ème classe au 81ème Régiment d'Infanterie Territoriale - Décédé de suites de blessures à Domjevin (54)
VAILLANT Joseph Marie 27 août 1892, Renac (35) 16 octobre 1917 2ème canonnier au 7ème Régiment d'Artillerie à Pied - Tué au combat de Blémerey (54)
WOEHREL Marcel Georges Martin 10 mars 1893, Paris 16ème arr. (75) 30 septembre 1916 Sergent au 10ème Régiment du Génie compagnie 26/3 - Tué à la cote 270 sur le territoire de Leintrey (54)

Voir texte ci-dessous
 

Bulletin paroissial (Paris, Paroisse Notre-Dame de la Miséricorde de Passy)
Nov.-Dec. 1916 - Janv. 1917

Marcel Woehrel.

Marcel Woehrel était né le 10 mars 1893, 81, rue de l'Assomption, presque sur le sol même où devait s'élever plus tard l'église Notre-Dame de la Miséricorde. Jeune encore, en sa qualité d'élève de l'école municipale de la rue du Ranelagh, il fut, comme tant d'autres de ses camarades, l'objet des sollicitudes du vénéré curé de Notre-Dame de Grâce, M. l'abbé Douvain, de sainte mémoire, dont tout le monde a connu et admiré les prédilections toutes paternelles envers les enfants des écoles laïques.
Admis au patronage de Passy, Marcel s'y distingua par son bon esprit et aussi par un fond solidement chrétien, fruit de la première éducation reçue au foyer de la famille. Quand il eut atteint sa 14e année, il passa du petit au grand Cercle et devint membre de cette chère Société des Enfants de Passy qui a été si cruellement éprouvée par la guerre, puisqu'on y compte, croyons-nous, une trentaine de morts, sans y parler des disparus et des blessés. Une contribution aussi considérable à l'oeuvre de la défense nationale n'a rien d'étonnant, si l'on songe que le but premier de l'Association était de former tout à la fois et de bons chrétiens et de vaillants citoyens. C'est dans ses rangs que Marcel, tout en s'affermissant dans la foi et la piété chrétiennes, se prépara par une sérieuse instruction militaire à servir dignement notre pays. En même temps il se révélait, sous la direction de son digne père, ouvrier actif et intelligent, si bien que l'on fondait sur lui pour l'avenir de l'atelier les plus belles espérances.
En 1913, la conscription vint priver notre cher voisin de son précieux collaborateur. Celui-ci fit ses premières armes à Versailles. Peu de jours après son arrivée à la caserne, il écrivait à la vénérable soeur Cécile une lettre des plus touchantes, lui demandant le secours de ses prières, afin, disait-il, qu'il ne se laissât pas entraîner par les dangers qui l'entouraient, désirant rester honnête et bon au milieu des agitations de la vie de caserne.
Après quelques mois, la guerre ayant éclaté, Marcel fut affecté au 20e corps. Au 20e corps ! le nom n'est-il pas synonyme d'endurance, de bravoure, d'héroïsme ? N'est-ce pas au 20e corps que revient la gloire des plus beaux faits d'armes accomplis au cours de la campagne ? N'est-ce pas à lui que l'on a fait appel hier à Verdun, aujourd'hui dans la Somme, partout où il y a eu de grosses parties à jouer, de rudes obstacles à vaincre, de graves périls à courir ? Marcel Woehrel a eu l'honneur d'en faire partie.
Il fut du nombre des vaillants qui, sous le commandement du général de Castelnau, défendirent Nancy et le Grand-Couronné et sauvèrent de l'invasion ce coin de terre française si ardemment convoité et si sauvagement attaqué par l'ennemi. Puis, dix-huit mois durant, il pratiqua au bois Le Prêtre la guerre de mines. C'est là qu'il fut décoré de la croix de guerre et honoré de deux citations où il est dit :
« N'a cessé de faire preuve du plus grand sang-froid et du plus beau courage, notamment du 18 février au 10 juillet 1915, où il a participé volontairement, et à plusieurs reprises, à l'exploration des rameaux ennemis. »
Naturellement, Marcel reçut, à cette occasion, force félicitations : il n'en voulait pas. « Je n'ai fait que mon devoir, disait-il, on exagère mes mérites, nombre de mes camarades sont plus dignes que moi de récompense. »
Envoyé ensuite sur le front de Verdun, il prit part au magnifique exploit de la reprise de Fleury. Ce qu'il eut à souffrir dans cette période de sa vie de soldat est inimaginable. Un simple détail entre mille autres : en plusieurs circonstances, il lutta durant près de 48 heures d'horloge, dans les sapes, sans être ravitaillé et, par conséquent, sans prendre aucune nourriture. Mais rien ne pouvait le décourager. Dans un corps chétif il cachait une force d'âme extraordinaire, ne se plaignant jamais, sachant par exemple et par parole soutenir le moral de ses soldats et, avec cela, très aimé, on pourrait presque dire adoré de ses hommes.
La dernière lettre à ses parents est du 29 septembre 1916. Elle leur annonçait sa prochaine venue en permission. Quelle joie ce fut pour toute la maisonnée ! Joie, suivie, hélas ! bientôt d'une cruelle déception.
Le lendemain 30, il était tué, le pauvre petit sergent, dans sa tranchée, par une torpille aérienne. La mort a été foudroyante, mais elle ne l'a pas surpris : toute sa jeunesse, faite de sérieux, de travail, de bonne conduite, de piété filiale, l'y avait préparé. Pieusement, ses compagnons d'armes ont recueilli ses restes et les ont inhumés au cimetière de Domjevin (Meurthe-et-Moselle), dans cette terre lorraine pour la défense de laquelle il a sacrifié sa vie.


* : Note sur le « Moulin brûlé » de Domjevin

Il n'y a pas de « Moulin brûlé » à Domjevin : il s'agit en réalité de l'actuel emplacement de l'auberge du « Neuf-Moulin » à Bénaménil.
Le moulin à grain de Bénaménil (cité par E. Grosse en 1836 dans son dictionnaire statistique du département de la Meurthe), bénéficiant de la force hydraulique de la Vezouze pour faire tourner ses roues à aubes, est converti en scierie par Monsieur Bernard, marchand de bois, en septembre 1912. Industriel en électricité, il complète la scierie par la production d'électricité, avec une génératrice mue par la force hydraulique, afin d'alimenter les villages de Bénaménil, Domjevin, Fréménil et Manonviller.
En 1914, les Allemands incendient la scierie Bernard (voir Est-Républicain et Journal de la Meurthe et des Vosges du 30 octobre 1914, peut-être lors de leur repli le 12 septembre 1914).
Après guerre, le moulin est reconstruit, rééquipé en usine hydro-électrique, jusqu'en janvier 1922, où "La Vezouze électrique" de Monsieur Valentin à Marainviller reprend les desserves du « Neuf-Moulin » de Bénaménil.

Moulin de Bénaménil Moulin de Bénaménil
 
Moulin de Bénaménil Moulin de Bénaménil


 

Rédaction : Thierry Meurant

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email