BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

 

Antoine de Bault  (1758-?)
 


Dans Les Derniers Seigneurs Du District De Blamont, Emile Ambroise nous relate les démêlés en 1793-1794, de Dieudoné-Henri-François de Salle-Antoine de Bault (né à Blâmont le 8 août 1758)  concernant son statut d'émigré.
Antoine de Bault appartenait aux gardes du corps du Roi Louis XVI (compagnie de Noailles), et avait assuré la défense de la famille royale lors des journées des 5 et 6 octobre 1789 (lorsque la population parisienne avait envahi le palais de Versailles, et où La Fayette sauva de justesse la famille royale en la ramenant à Paris). Ces évènements rendirent encore plus impopulaires les gardes du corps (déjà considérés comme inutiles et coûteux), et leurs compagnies, regroupant quelques 1700 hommes, seront supprimées dès la fuite du roi à Varennes (25 juin 1791).

Le Directoire de Nancy indique la présence d'Antoine de Bault à Paris le 10 août 1792 (attaque des Tuileries, où plus de 600 des 950 gardes suisses seront tués au combat). Le ministre Arnaud de Laporte, intendant de la Liste civile, est arrêté après cette journée : accusé d'avoir fait disparaître en les brûlant deux charrettes pleines de papiers, il est jugé le 17 août 1792 et guillotiné le 23. Lorsqu'en décembre 1792 s'ouvre le procès de Louis XVI, sont présentés comme preuves de conspiration, non seulement les documents saisis dans « l'armoire de fer », mais aussi ceux saisis chez de Laporte. Parmi ces documents, figure une requête d'Antoine de Bault, présentée à la Reine six mois après la dissolution des gardes du corps.
On ignore si ce document, publié tardivement (1795), était connu du directoire de Blamont qui obtint son élargissement de la prison de Nancy le 20 septembre 1794. 


LE PROCES DE LOUIS XVI, ou
COLLECTION COMPLETTE,
Des Opinions, Discours et Mémoires des Membres de la Convention nationale sur les crimes de Louis XVI.
Ouvrage enrichi des diverses pièces justificatives, mises sous les yeux de la Convention et dont elle a ordonné l'impression, telles que celles qui ont été trouvées chez l'Intendant de la liste civile, dans l'armoire de Fer, etc ; et dont les inventaires ont été dressés tant par les commissaires de la Convention nationale que par ceux de la commune de Paris.
Tome 6 - 1795


TREIZIÈME Recueil de Pièces trouvées chez M. Delaporte, intendant de la liste civile, déposées en originaux au comité général de Surveillance de l'assemblée nationale

Ce 26 décembre 1791.
Remettre à M. Delaporte de la part de S. A. S. madame la princesse de Lamballe, le mémoire ci-joint du Sieur Antoine de Bault.
Madame la princesse de Lamballe confie le succès de ce mémoire à la sagesse et à la prudence de M. Laporte.
Certifié conforme à î'original.
Signé, INGRAND, VARDON, MUSSET, BORDAS, J S. ROVÈRE, MICHAUD.

A LA REINE.
Votre majesté a été, dans tous les tems, le refuge des infortunés ; elle daignera sans doute venir au secours d'un de ses sujets les plus fidèles, et qui est dévoué jusqu'à la mort.
Dieudoné-Henri-François de-Salle-Antoine de Bault, gentilhomme lorrain, né à Blamont en Lorraine, garde-du-corps du roi, compagnie de Noailles, où il a été reçu en avril 1781; de service à Versailles dans la nuit exécrable du 5 et 6 octobre 1789, est arrivé à Paris dans le courant de janvier dernier, entraîné par son amour pour son roi et pour votre majesté ; il s'y étoit réuni avec un grand nombre de ses camarades pour y attendre, avec eux, le moyen que les circonstances lui offriroient pour sacrifier, s'il le falloit, jusqu'à la dernière goutte de leur sang pour la défense du roi, de votre majesté et de son auguste famille.
Il se disposoit à partir, comme l'ont fait plusieurs de ses camarades, mais il en a été empêché jusqu'aujourd'hui, par une maladie cruelle dont il vient de se tirer, et qui l'a retenu à Paris, rue dOrléans Saint-Honoré, hôtel de la Providence, où il est logé; cette maladie lui a coûté plus de 600 liv. et il redoit encore environ la somme de 360 liv. à son auberge, où il éprouve journellement les traitemens les plus désagréables : il est cependant forcé d'en sortir et près d'entreprendre une route assez longue, et même indispensable ; mais il est absolument sans ressources, et si votre majesté daignoit venir à son secours, elle ne pourroit obliger un sujet qui lui fût plus dévoué, et il regardera toute sa vie le sacrifice de ses jours comme un dévouement trop foible pour le service de votre majesté. Signé, de BAULT.
Certifié conforme à l'original.
Signé, INGRAND, VARDON, J. M. MUSSET, BORDAS, MICHAUD, J.S. ROVÈRE.


Note sur la famille de Bault : L' « Inventaire sommaire des Archives départementales des Vosges antérieurs à 1790 » (Epinal - 1867) nous donne cette information sur la famille de Bault :
« Le 6 juin 1757, M. Henri de Bault, chevalier, gentilhomme de la Cour de S. M. le roi de Pologne, duc de Lorraine et de Bar, homme veuf de la paroisse de Blamont d'une part, et demoiselle Rose-Élisabeth Abram, fille majeure de feu M. Jacques-Hyacinthe Abram, chevalier, conseiller, secrétaire d'État, des commandements et finances de S. M. le roi de Pologne, duc de Lorraine et de Bar, seigneur de Fauconcourt, Vassoncourt, Pagney, Zincourt, Haut-Nuné de Châtel, et de dame Anne Gaudel, résidant en cette paroisse, d'autre part, ont reçu la bénédiction nuptiale des mains de messire Dieudonné, François Abram, prêtre, docteur en théologie, chanoine et écolâtre de l'insigne église de Saint-Dié, en présence de messire Dominique-Mathieu Abram, prétre, docteur en théologie, aussi chanoine et trésorier de la même église, de messire Pierre-François-Gaspard Abram, chanoine dudit Saint-Dié, de messire Louis-Joseph-Nicolas Dieudonné Abram de Vassoncourt, auditeur à la Chambre grand ducale de S. M. I. en son grand duché de Toscane, de messire Nicolas-Gaspard de Thomassin, chevalier, seigneur d'Hériménil, conseiller du Roi, lieutenant-général civil et criminel au bailliage royal de Lunéville, de messire Louis-Michel Colin, écuyer, seigneur de Bénaville, conseiller, avocat du Roi au bailliage de Saint-Dié, et de M. Gérard de La Chambre, conseiller, assesseur civil et criminel audit bailliage de Saint-Dié, tous parents. »

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email