BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


Monument aux morts du canton - Blâmont

 


Si la très grande majorité des monuments aux morts a été érigée après la première guerre mondiale, il existe quelques exceptions, liées parfois à des circonstances locales (comme l'affectation du calvaire d'Harbouey en 1900), mais principalement à l'émergence de sociétés patriotiques et de vétérans : c'est le cas du monument cantonal de Blâmont .

La guerre franco-allemande de 1870 coutera à la France environ 140 000 tués et 145 000 blessés. Dans les deux décennies suivantes, la France, préoccupée davantage par les nouvelles relations avec une Allemagne ayant annexé l'Alsace et la Lorraine, ne prête guère d'attention à la commémoration de ces victimes et à l'entretien des tombes disséminées sur le territoire. Mais parallèlement à l'émergence d'un virulent patriotisme anti-allemand, on voit se développer :
- dans le cadre de la société nationale des retraites, l'association des « Vétérans des armées de terre et de mer, 1870-1871 », fondée à Paris le 1er janvier 1893, et qui éditera la revue « Le Vétéran » ;
- l'association « Le Souvenir Français », fondé en 1887 à Neuilly-sur-Seine, par François-Xavier Niessen. Autorisée par arrêté ministériel du 29 août 1887, cette association se donne pour mission l'entretien des tombes des soldats et marins morts pour la patrie.

Pour la Blâmontois, il faudra attendre 1889 pour que se crée la 320ème section de vétérans :
« Le Conseil autorise la formation des sections de :
[...]Blamont (Meurthe-et-Moselle), sous le numéro 320. [...]
Le Conseil ratifie les nominations faites dans les Sections ;
[...]Numéro 320, Blamont, président M. Ferrez, maréchal des logis du génie en retraite. »
Le Vétéran - Avril 1899


Peu après se déroule la cérémonie de remise du drapeau à la 320ème section :
« 320e Section, Blamont
Le dimanche 28 mai a eu lieu la fête organisée à l'occasion de la remise du drapeau à la 320e Section des vétérans, à laquelle assistait notre camarade le commandant Schpeck, délégué du Conseil général.
Le cortège, composé de la municipalité et des invités, des sapeurs pompiers, la Société de musique La Blamontoise, de MM. les officiers de réserve et de la territoriale se rendent sur la place Carnot.
M. Labourel, maire de Blamont, président de la cérémonie, prend le premier la parole, il remercie les membres du Conseil de Section et souhaite la bienvenue à tous; il remercie également M. Beckmann, président d'honneur de la Section à la générosité de qui on doit le drapeau.
Le commandant Schperk, au nom du Conseil général et muni de l'adhésion de M le général commandant le 20e corps d'armée, remet officiellement le drapeau, la musique joue la Marseillaise.
M. Ferres, président de la Section, exprime tous ses remerciements au délégué du Conseil général, à tous ceux qui ont coopéré à l'organisation de la fête et tout particulièrement au capitaine Delabley, président de la commission.
M. le capitaine Delabley, dans un langage énergique et passionnément patriotique, fait ressortir la mission éminemment nationale de la Société des vétérans.
Puis toutes les Sociétés précédées de la compagnie des sapeurs pompiers se massent en colonne et le défilé a lieu devant le conseil municipal et la délégation militaire, puis se continue dans les principales rues de la ville.
Un banquet a eu lieu dans le grand salon de l'Hôtel de Ville. des toasts ont été portés par M. Labourel, maire; commandant Schpeck, M. Ferrez, président de la Section et le capitaine Delabley.
Une audition de phonographe et de chants patriotiques ont terminé cette patriotique journée. »
Le Vétéran - Juin 1899

En février 1900, la section organise une première cérémonie, avec un monument provisoire au cimetière, alors même qu'une souscription a été lancée pour un monument définitif (voir Est-Républicain du 14 janvier 1900) :
« 320e Section.- Blâmont (Meurthe-et-Moselle)
Dimanche 12 novembre, la 320e section des Vétérans de terre et de mer, dont le siège est à Blâmont, a fait dire une messe en l'honneur des soldats morts pour la patrie et en faveur des conscrits de la classe de 1898. A dix heures 1/4, le cortège, formé de la musique, de la compagnie des sapeurs-pompiers avec le drapeau voilé d'un crêpe, des autorités civiles et militaires et de la section des
Vétérans avec son drapeau, se rendait à l'église, magnifiquement décorée de drapeaux, de sapins et de fleurs, par les soins de M. Delabbeye, M. le curé de Blâmont a fait un sermon rempli de patriotisme. Une quête fructueuse, au profit de la section, a été faite par Mlles Piot et Renard, conduites par MM. Charton et Chambrey, portant tous deux un superbe bouquet de fleurs. Après la messe, le clergé et le cortège se sont formés à la sortie de l'église et rendus au cimetière, pour déposer une couronne au pied d'un monument dressé pour la cérémonie.
Après les prières, M. Ferrez, président de la section, a fait un discours dans lequel il a remercié tous ceux dont la présence avait rehaussé l'éclat de cette imposante cérémonie. Il a fait ressortir que le but de celle-ci était de rendre hommage à nos anciens frères d'armes tombés héroïquement sur les champs de bataille ; puis, s'adressant aux conscrits de la classe de 1898, il leur a dit qu'il fallait aimer notre belle France et savoir, si elle était attaquée, mourir pour la défendre, qu'il fallait toujours et partout regarder le drapeau, l'emblème de la patrie et avoir toujours les yeux tournés vers lui.
M. Delabbeye, capitaine de sapeurs-pompiers, a ensuite pris la parole et, dans un discours vibrant de patriotisme, il a fait l'éloge des héros qui sont tombés pour la patrie ; il a exprimé le souhait que nous nous souvenions toujours des jours néfastes, surtout parmi nos populations frontières, et il a terminé en disant qu'il nous faut rester constamment unis pour la grandeur de la France.
Des applaudissements retenus à grand'peine, par le respect du lieu, ont souligné les deux discours.
Le cortège s'est ensuite reformé devant le cimetière et s'est rendu sur la place de l'hôtel de ville, où a eu lieu la dislocation. »
Le Vétéran - Février 1900


Le même mois est lancé un concours pour l'érection du monument (Est-Républicain - 17 février), dont la construction sera attribuée à la maison Cuny-Mangin, de Lunéville.

Si les 33 communes du canton sont concernées par le monument (voir la disposition sur les plaques dans le tableau ci-dessous), les contributions financières des communes (Est-Républicain des 14 janvier, 10 février et 25 mars 1900) sont forts variables : nous n'avons pas retrouvé trace de contributions de Domjevin, Halloville et Xousse, et on constate la participation anecdotique de Blémerey, Remoncourt et Vaucourt. Quant à Blâmont, la souscription des habitants se monte à 1020 francs, complétée par 200 francs alloués par la commune.

  Emplacement de la citation sur le monument Contribution financière de la commune (francs)
AMENONCOURT haut droit 13
ANCERVILLER haut droit 33
AUTREPIERRE haut droit 31
AVRICOURT haut droit 25
BARBAS haut droit 50
BLAMONT haut droit 1220
BLEMEREY haut droit 2
BURIVILLE haut droit 10
CHAZELLES-sur-ALBE bas droit 10
DOMEVRE-sur-VEZOUZE bas droit 85
DOMJEVIN bas droit  
EMBERMENIL bas droit 20
FREMENIL bas droit 10
FREMONVILLE bas droit 27
GOGNEY bas droit 37
GONDREXON bas droit 10
HALLOVILLE haut gauche  
HARBOUEY haut gauche 20
HERBEVILLER haut gauche 67
IGNEY haut gauche 11
LEINTREY haut gauche 25
MONTREUX haut gauche 16
NONHIGNY haut gauche 20
OGEVILLER haut gauche 102
RECLONVILLE bas gauche 10
REILLON bas gauche 9
REMONCOURT bas gauche 1
REPAIX bas gauche 16
SAINT-MARTIN bas gauche 25
VAUCOURT bas gauche 5
VEHO bas gauche 10
VERDENAL bas gauche 36
XOUSSE bas gauche
Cliquez pour agrandir
plaque haut droit
 
Cliquez pour agrandir
plaque bas droit
 
Cliquez pour agrandir
plaque haut gauche
 
Cliquez pour agrandir
plaque bas gauche
 
 
Inauguration du Monument élevé aux enfants du Canton morts pour la Patrie, 10 juin 1900
Inauguration du Monument élevé aux enfants du Canton morts pour la Patrie, 10 juin 1900
L'inauguration a eu lieu le 10 juin 1900 (voir Est-Républicain des 11 et 12 juin 1900), et on notera la présence à cette inauguration de François-Xavier Niessen, du Souvenir Français, qui a offert à cette occasion la grille du monument. Cliquez pour agrandir

Dans les années suivantes, le monument restera l'élément incontournable des cérémonies de la section des vétérans :

« 320e Section. Blâmont (Meurthe-et-Moselle).
A l'occasion de la tête du drapeau, la 320e Section accompagnée de la Société musicale de Blâmont, s'est rendue, le dimanche 29 mal, au cimetière de cette ville, pour déposer une palme de souvenir au monument élevé à la mémoire des militaires morts au service de la France.
Après un discours vibrant de patriotisme, prononcé par M. le maire de Blâmont, faisant ressortir l'utilité d'une armée forte, organisée pour la défense du sol sacré de la patrie et l'indépendance de la nation, M. Ferrez, le dévoué président de la 320e Section après avoir remercié les invités qui ont prêté un concours s'exprime en ces termes :
« Il y a quatre ans, a cette date, une cérémonie semblable préludait à nos fêtes brillantes, et c'est en voyant l'éclat de cette journée que nous avons résolu à ouvrir une souscription publique.
« Elle a dépassé toutes nos espérances; témoin ce beau monument au pied duquel nous venons, chaque année, faire un pèlerinage.
« C'est grâce à vous, généreux donateurs, que désormais nous saurons ou placer notre palme de souvenir de nos chers disparus et apporter à nos enfants et aux générations futures l'exemple de l'abnégation et du courage que tout Français doit montrer pour la défense de sa patrie.
M Schneider, vétéran a prononcé une chaleureuse allocution dont volet quelques passages:
« Comme les années précédentes, nous venons renouveler notre estime et nos regrets aux vaillants soldats qui ont donné à la France leur sang et leur vie.
« S'ils n'ont pu vaincre un adversaire trois fois supérieur en nombre, du moins, par leur courage ou leur dévouement, ils sont arrivés à sauver l'honneur de la patrie.
« Certes, la palme que nous déposons au pied de ce monument est modeste, mais elle rappelle le souvenir qui reste au fond des coeurs vraiment français.
« Rappelons-nous que les générations issues de la Lorraine, sont douées de nobles qualités, faisant resplendir, parmi leurs enfants, l'auréole du patriotisme qui doit éclairer, vivifier et dominer l'âme, en l'élevant au faite de la gloire et de l'immortalité.
« Unissons nos coeurs et nos voix pour adresser notre hommage et nos regrets à ces modestes serviteurs: nobles victimes qu'une mort néfaste a ravi prématurément à l'affection de leurs proches. Ils revivent dans la gloire de l'Immortalité où les larmes et les chagrins sont inconnus. »
Le Vétéran - 9 août 1904

« FETES ANNUELLES
16 mai 1912.
320. SECTION DE BLAMONT (Mthe-et-Moselle)
Le 16 mai dernier, les vétérans de la 320e section avaient convoqué, pour la remise de la médaille commémorative de 1870-1871., les délégués, des sections voisines.
M. le capitaine Colman, président de la 51e section, était à la tête de la députation de Lunéville. Les sections de Badonviller, Cirey, etc, etc., étaient également représentées avec leurs drapeaux.
M. Ferrez, président de la section de Blamont, avait convié à la fête la municipalité, les fonctionnaires, les notables, les officiers de réserve et de l'armée territoriale qui se sont rendus à son aimable invitation.
La compagnie des sapeurs-pompiers, au grand complet les sociétés de préparation militaire et de gymnastique et la fanfare de la société de tir se sont rendues, avec le plus grand plaisir, à l'appel des vétérans.
Dès huit heures du matin, ces derniers se réunissaient en assemblée générale, puis se rendaient au-devant des délégations qui devaient arriver vers neuf heures. Un vin d'honneur leur a été offert.
A dix heures précises, la Compagnie des sapeurs-pompiers et les sociétés patriotiques, suivies de la fanfare. font leur entrée sur la place de l'Hôtel-de-Ville, précédées de leurs tambours et clairons.
Les vétérans viennent se ranger sur deux rangs, face aux sociétés, pendant que la fanfare joue la « Marseillaise ».
M Ferrez président, prononce un discours débordant de patriotisme, rappelle les heures sombres de l'invasion et, s'adressant aux jeunes gens, il leur dit l'espoir que la patrie fonde sur eux pour l'avenir.
Ce discours est salué par de vigoureux applaudissements. M. le capitaine Colman prononce quelques vibrantes paroles et remet ensuite les médailles commémoratives à 45 des vétérans présents.
Le cortège s'est ensuite formé pour se rendre au cimetière, devant le monument des combattants de 1870. Nombreuses étaient les couronnes qui furent déposées sans compter la palme traditionnelle des vétérans. Ces couronnes avaient été offertes l'une par M. le général Marin, président d'honneur de la section, actuellement malade à Nice. l'autre par les sociétés patriotiques S.A.G. de Blamont. Un modeste bouquet des champs aux trois couleurs avait été pieusement déposé quelques instants auparavant.
Après que les clairons et tambours eurent exécuté la sonnerie « au drapeau », la fanfare, sous une pluie battante, joua un air funèbre composé par son chef, M. Carie.
M. Ferrez, président, adressa, dans les termes les plus heureux, un souvenir ému à ceux qui étaient tombés pour la défense de la patrie.
La dislocation eut lieu ensuite.
A onze heures et demie, un service funèbre était célébré en l'honneur des vétérans défunts.
Le banquet, magnifiquement servi par M. Cuny de l'Hôtel de Paris, avait lieu à une heure dans la grande salle de l'hôtel de ville décorée avec goût. 75 convives y assistaient. La plus grande cordialité ne cessa de régner pendant la durée de ce banquet.
A l'heure des toasts, M. Ferrez, le capitaine Colman et M. Bentz, conseiller général, prirent successivement la parole ; ils furent chaleureusement applaudis. »
Le Vétéran - 20 septembre 1912


Mais après l'hécatombe de 1914-1918, la très grande majorité des communes organisera ses monuments commémoratifs spécifiques (24 monuments et 6 plaques, pour les 33 communes, seules Buriville, Chazelles et Gondrexon en étant dépourvues), plongeant dans l'oubli le monument cantonal qui se dégrade au cimetière de Blâmont.
 

Cliquez pour agrandir
 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email