BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


Le duc Federico de Savelli - 1638
 


On a vu qu'en 1638, le duc de Savelli, au service de l'Empereur du Saint-Empire germanique Ferdinand III de Habsbourg, tente de rejoindre le duc de Lorraine Charles IV pour lutter contre les Français. Attaqué près de Réchicourt par le marquis de Feuquières, Savelli gagne vers Blâmont, puis tente de secourir son infanterie encerclée par les Français par une attaque de sa cavalerie, avant d'ordonner le repli général vers le château de Blâmont. Le 7 novembre 1638, les français investissent Blâmont, et le château capitule le 8 novembre.
Si dans ses mémoires, le marquis de Montglat relate la chute de Blâmont, il n'évoque pas le devenir de Savelli lors de cette capitulation ; dans le tome 3 des Campagnes de Charles IV duc de Lorraine et de Bar, Ferdinand des Roberts (ed. 1883) nous indique que
« Longueville s'empara de 400 cavaliers, de 40 officiers, de 120 fantassins impériaux et de tout l'équipage de Savelli qui s'enfuit dans le bois « lui septième », au lieu d'entrer dans le château. »

Cette curieuse information du Duc de Savelli fuyant dans les bois avec 6 autres fugitifs, est en réalité issue d'une lettre à Richelieu, conservée aux Archives du ministère des Affaires étrangères, et que l'on retrouve plus tard citée dans cet ouvrage de 1905 :


Les origines de la cavalerie française : organisation régimentaire de Richelieu, la cavalerie weimarienne, le régiment de Gassion
Capitaine Henri Choppin
Éd.Berger-Levrault (Paris), 1905

Le 14 novembre [1638], M. le duc de Longueville envoyait à Richelieu M. du Terrail (1), qui s'était distingué au combat de Blamont, avec ce billet : « Monsieur, j'ai creu que personne ne pourrait vous rendre un compte plus exact de la deffaite de Savally que M. du Terrail, qui commandait, en cette occasion, la cavalerie où il a servi avec grand honneur et fort vaillamment, ainsy qu'il a fait en sa charge toute la campagne. Il y a eu de pris quatre cens cavalliers avec plus de six vingts hommes de pié. Le reste a été en telle desroute qu'il ne pourroit pas s'en rassembler cinquante.
Nous croyons Savilly dans Blamont; mais il s'estoit sauvé dans les bois luy septième. M. du Terrail porte les cornettes et le nom des officiers prisonniers (2). »


1. Jean de Courboursier. baron du Terrail, capitaine de chevau-légers depuis longtemps, mestre-de-camp du régiment portant son nom le 24 janvier 1638, maréchal de camp le 3 août 1641. Tué d'un coup de mousquet à Mardick, 1646 ; son régiment fut donné à M. de Ternes.
2. Archives du ministère des Affaires étrangères


Le duc Federico de Savelli (frère du prince de Savelli, très ancienne noble famille romaine, comprenant divers sénateurs, et dont était issue le pape Honorius IV (1210-1287)), général de l'empereur, sert d'abord en Hongrie l'empereur Rodolphe II, puis est nommé par le pape Paul V général du Bolonais, du Ferrarais et de la Romagne. Grégoire XV, successeur de Paul V, le nomme lieutenant général de l'Eglise romaine.
Savelli entre ensuite au service de l'empereur Ferdinand II.

Il commande la garnison d'Augsbourg lorsque l'empereur Frederic III fait appel à lui. Le 3 mars 1638, il est fait prisonnier à la bataille de Rheinfelden (après s'être dissimulé dans un buisson), par le duc Bernard de Saxe-Weimar commandant les armées françaises. Il obtient de Bernard de saxe-Weimar le droit de rester en captivité à Lauffenburg sans être envoyé à Paris, d'où il ne tarde pas à s'échapper sous un déguisement ecclésiastique grâce à quelques complices, et atteint Baden en Suisse puis se réfugie à Heilbronn. A Lauffenbourg, Savelli, logé à l'Hôtel de Ville, avait obtenu le droit de circuler librement dans la forteresse en se constituant prisonnier sur parole. Son évasion sous déguisement par une fenêtre (puis franchissement des murailles où l'attendait un cheval), explique sans doute sa fuite peu glorieuse à Blâmont, pour ne pas subir les rigueurs dues au manquement à sa parole. Car si le colonel Schonbeck, commandant la place de Lauffenbourg, l'avait poursuivi en vain, les complices du duc parjure furent sans pitié condamnée à mort et exécutés par le duc de Saxe-Weimar : le prêtre catholique qui avait été autorisé à rencontrer fréquemment Savelli, un bourgeois et sa femme qui avaient favorisé l'évasion, un capitaine, un lieutenant et deux soldats, pour défaut de surveillance.

A Heilbronn, Savelli reconstitue des troupes, et rejoint le général Götz pour défendre la forteresse de Breisach : il est à nouveau défait par Bernard de Saxe-Weimar le 9 août 1638 à Wittenweier. Le 12 août, Bernard de Saxe-Weimar assiège la forteresse. Charles IV de Lorraine abandonne le siège de Lunéville le 20 septembre, et se porte à son tour vers Breisach : il est cependant contraint le 15 octobre à la dispersion de son armée près de Thann. Mais Savelli et Götz, qui ont reconstitué leur armée, lancent leur attaque sur Breisach le 24 octobre 1638 ; une fois de plus, survient Bernard de Saxe-Weimar et son armée. Craignant d'être capturé, Savelli s'enfuit vers la Lorraine, abandonnant la ville de Breisach, qui, ayant perdu tout espoir, capitulera le 17 décembre, après l'ultime défaite de Savelli à Blâmont les 7 et 8 novembre.

Savelli est alors envoyé à Rome par l'Empereur comme ambassadeur auprès du pape. Il reprend ses activités militaires de lieutenant général de l'Église au service du pape lors des guerres de Castro en 1641-1642 (la ville sera ultérieurement complètement rasée sur ordre du pape, le 2 septembre 1649).
Il se démet de son commandement et reprend son poste d'ambassadeur de Ferdinand III à Rome, où il meurt le 19 décembre 1649.
 

Rédaction : Thierry Meurant

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr