BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


La banque Xilliez (188... ?-1909)
 


Il nous a été impossible de reconstituer l'histoire de la banque Xilliez de Blâmont, apparue dans les dernières décennies du XIXème siècle, et absorbée en 1909 par la société La Société Nancéienne de Crédit Industriel.
Le commerce et l'industrie intéressent peu l'historien et nous en sommes réduits à diverses conjectures, pour redessiner le tissu économique d'il y a à peine un siècle. Cette notice, très incomplète, sera (peut-être) complétée...

Constant Xilliez (né le 7 février 1831 à Domèvre-sur-Durbion), employé de Banque, et Marie-Clémentine Contois (née le 27 avril à Domptail) ont eut cinq fils :
- Léon Marie Joseph, né à Blâmont le 28 octobre 1865
- Paul Arsène, né à Blâmont le 27 juillet 1868, devenu abbé (voir textes1517.html)
- Joseph Aimé, 16 mars 1867
- Raymond, né Blâmont le 25 septembre 1871.
- nous n'avons pas retrouvé trace de Joseph Ulysse, né le 24 avril 1870.
On sait qu'en août 1886, la banque Meziere de Blâmont fait une faillite retentissante : on peut donc supposer que Constant Xilliez était employé de cette banque, et aurait ainsi réouvert une banque familiale au 20 de la rue Victor Pierre.

On voit sur la carte postale ci-contre que l'immeuble est à l'époque une simple maison d'habitation transformée en établissement par un panneau « banque » au dessus de la porte, ce qui permet d'identifier l'enseigne de la seconde carte postale.
 


Rue Victor-Pierre
En 1886, Constant Xilliez habite avec sa femme et trois fils (sauf Aimé ?) au 70 grand-rue. Dix ans plus tard, le recensement n'indique aucun habitant au 20 rue Victor Pierre (ce que pourrait justifier l'affectation totale du bâtiment à l'exploitation bancaire) ; la famille (Constant, son épouse, et les fils Paul, Raymond et Aimé) habitent au 176 grand rue : Constant est désigné comme banquier, Raymond comme « employé », et Léon est absent du registre. Aimé est alors épicier : il s'agit d'une association avec Jules Thoubans, qui durera jusqu'au 1er décembre 1897 où l'épicerie Thoubans continuera seule.
Mais depuis au moins 1904, Léon Xilliez, habite au 16 rue Victor Pierre, avec son épouse (Aline Vouaux, né en 1881 à Saint-Maurice) : on le voit ainsi an avril 1904 (voir Est-Republicain au 18 avril 1904) déjouer un cambriolage : « M. Léon Xilliez, banquier, étant couché, entendit un bruit insolite à une fenêtre de ses bureaux, se leva et appela son domestique. Tons deux descendirent dans les bureaux. Les malfaiteurs, dérangés dans leur besogne, prirent aussitôt la fuite. ».
Léon semble exercer seul l'activité bancaire, le reste de la famille n'étant apparemment plus sur Blâmont.

Annales des sciences politiques
Ed. Paris, 1910

« La concentration des banques de province en France
[...] La Société Nancéienne de Crédit Industriel et de Dépôts a absorbé en 1906 les banques Greff à Pont-à-Mousson, et Fordoxel, à Longuyon. Elle a de plus ouvert, le 1er novembre 1907, un nouveau bureau à Conflans et le 1er juillet 1908. un autre à Villerupt.
Enfin le 1er janvier 1908, elle est entrée en possession, après acquisition, de la Banque de Meurthe-et-Moselle (H. Thomas et Cie), à Nancy, et en mai 1909, à la suite du décès de M. Xilliez, banquier à Blamont, elle a repris cette vieille et honorable maison qu'elle a transformée en agence. »

C'est sans doute de Léon Xilliez dont on parle ici du décès en 1909 : les bâtiments du 20 rue Victor Pierre sont cédés à la Société Nancéienne et, si habite alors au 16 le juge de paix Albert Duron et sa famille, il y aussi Louis Auguste Atzenhoffer et sa famille, employé de la Société Nanceiénne.

Le Société Nancéienne de crédit industriel et de dépôts se crée en 1881, à partir de trois groupes : un groupe familial (constitué autour de la banque Henquel, Renaudin, Drouaillet & Cie, à Lunéville, représentant 25 % du capital), des entreprises lorraines (salines, verreries, forges, machines agricoles, imprimeries, dont Cristalleries de Baccarat, Pont-à-Mousson, Viellard-Migeon, Berger-Levrault, etc.) et deux banques parisiennes (Crédit Industriel et Commercial-CIC et la Société de dépôts et comptes courants).


Revue Bleue - 1913

De 1891 à 1913, la banque absorbe un grand nombre de banques locales :
En Meurthe-et-Moselle :
- 1881 Henquel, Renaudin, Drouaillet & Cie, Lunéville
- 1884 Bourgon, Nancy
- 1894 Lenglet, Nancy
- 1894 Dieudonné, Pont-à-Mousson
- 1903 Longwy
- 1906 Fordoxel, Longuyon
- 1906 H. Thomas & Cie, Longwy
- 1909 Xilliez, Blâmont
- 1912 Chardot, Cirey
- 1913 Comptoir d'escompte de Nancy (Lévy-Bettinger & Cie), Nancy
Dans les Vosges :
- 1902 C. Lung & Cie Saint-Dié, Rambervilliers
- 1902 Paul Cael, Raon-l'Etape
- 1904 Plombières-les-Bains
- 1910 Remiremont
Dans les Ardennes :
- 1910 J. Herbulot & Cie, Charleville
Dans la Marne :
- 1912 Reims
- 1912 F. Le Conte & Fils, Châlons-sur-Marne

Dès 1919 la banque continue son expansion en Moselle (Metz), au Luxembourg et en Sarre. A compter de 1931, la banque subit les premières rigueur de la crise, et les années 1933-1935 lui sont presque fatales : la restructuration de la banque se fait alors par l'augmentation de la participation du CIC.
La banque fusionne en 1972 avec Varin-Bernier & Cie pour former la Société Nancéienne de crédit industriel & Varin-Bernier (SNVB).

Jusqu'à la fermeture le 1er février 2014 de l'agence de Blâmont du CIC Est, l'établissement n'aura donc jamais quitté le 20 rue Victor Pierre depuis la période Xilliez.
 


Rédaction : Thierry Meurant

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email