BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

Accès à la rubrique des textes concernant 1914-1918


Le soldat inconnu vivant


Nous avons déjà relaté le combat de Blâmont du 15 août 1914, et la mort du Lieutenant Quinquet du 95ème régiment d'infanterie.
De cette offensive résultera une des histoires les plus extraordinaires de l'après guerre, celle d'Anthelme Mangin.


Anthelme Mangin

Le 1er février 1918, un soldat français rapatrié d'Allemagne est retrouvé errant à la Gare de Lyon-Brotteaux, totalement amnésique et sans aucun papiers permettant de l'identifier. Interrogé, il balbutie un nom, où l'on croit discerner « Anthelme Mangin », ainsi qu'une adresse « rue Sélastras » à « Vichy ». C'est donc sous ce nom qu'il est interné dès le 22 mars 1918 à l'asile d'aliéné de Clermont-Ferrand, bien qu'il n'existe officiellement ni d'Anthelme Mangin ni de rue Sélastras. Le directeur de l'établissement, croyant résoudre aisément l'énigme, fait publier fait publier sa photographie dans le « Petit Parisien » du 10 janvier 1920.
Car la grande guerre a compté 300 000 soldats « portés disparus », et les familles, croyant identifier Anthelme Mangin, affluent en effet à l'asile de Clermont-Ferrand. Seules cependant madame et mademoiselle Mazenc, originaires de Rodez reconnaissent catégoriquement Anthelme comme le fils et le frère, Albert Mazenc, porté disparu en octobre 1915 à Tahure dans la Marne. Anthelme Mangin est alors transféré à Rodez, mais le préfet de l'Aveyron, après diverses confrontations avec les amis et employeurs de Mazenc, conclut à une erreur d'identification (le tribunal de Rodez statuera d'ailleurs le 26 juillet 1921 sur le décès à l'ennemi le 28 octobre 1915 du soldat Albert Mazenc). 

Cliquez pour agrandir
Le Petit Parisien - 10 janvier 1920

En février 1922, se pose le problème des pensions de guerre qui ne peuvent être attribuées que nominativement, et le ministère fait afficher dans toutes les mairies de France la photographie de l'inconnu de Rodez. Plus de 300 familles reconnaissent Anthelme Mangin comme un des leurs, et la presse suit de près ce feuilleton sur celui qu'on surnomme désormais le « soldat inconnu vivant ».

Après de nombreux rebondissements, et 13 années d'expertises, seules deux familles présentent en 1935 les prétentions les plus solides :
- La famille « Lemay », où Madame Lucie Lemay affirme qu'Anthelme Mangin est son mari Emile.
- La famille « Monjoin », de Saint-Maur-sur-Indre. N'ayant pas vu reparaître son fils après sa captivité, le père s'était renseigné, et avait apprit que son fils Octave avait été rapatrié d'Allemagne le 31 janvier 1918 avec un convoi de commotionnés destinés à l'asile de Lyon.

Les juges décident d'emmener Anthelme Mangin à Saint-Maur, qui reconnaît son village.
Le 16 novembre 1937, le tribunal de Rodez rend donc à Anthelme Mangin son identité d'Octave Monjoin, ce que confirmera la Cour d'Appel de Montpellier le 8 mars 1939 : la famille Lemay saisira la cour de cassation, mais la guerre et le décès d'Octave Monjoin mettront un terme à ce duel judiciaire.
Car le retour en famille d'Octave Monjoin est de courte durée, puisque son frère et son père meurent dans un accident fin 1938, et Octave est alors replacé en asile, à l'hôpital Sainte-Anne à Paris. Il y meurt le 10 septembre 1942 et est jeté dans la fosse commune. En 1948 pourtant, un ancien combattant fortunée de la grande guerre, fait exhumer sa dépouille et lui offre un sépulture au cimetière de Saint Maur sur Indre.

L'histoire d'Anthelme Mangin/Octave Monjoin a, dans la pièce Le Voyageur sans bagage de Jean Anouilh, (créée à Paris le 16 février 1937), servi de base au personnage de Gaston/Jacques Renaud, retrouvé amnésique à la fin de la première guerre mondiale, recueilli par le directeur d'un asile, et réclamé par plusieurs familles.

Octave Monjoin, était soldat à la 5ème compagnie du 95ème régiment d'infanterie. Octave Monjoin est blessé à la jambe à Blâmont et est fait prisonnier par les Allemands. Mais les versions données par la presse divergent sur la date de sa « disparition » : les dates du 28 août 1914 (Journal des mutilés, 17 janvier 1937) et 29 août 1914 (Journal des mutilés, 21 mars 1937) sont trop tardives, puisque lors de la retraite après la bataille de Sarrebourg, le régiment se repliera dès le 22 août par Blâmont.
La date du 15 août (Journal des mutilés, 11 avril 1937) est celle du combat de Blâmont, mais il est possible aussi que la date de la disparition d'Octave Monjoin soit le 14 août à Domèvre (Journal des mutilés, 15 août 1937). Le journal de marche et opérations du 95ème RI est très imprécis, et mentionne pour le 14 août, « 3 disparus », et pour l'attaque de nuit du 14/15 août sur Blâmont « Disparus : 46 (Parmi ces disparus se trouvent un assez grand nombre d'hommes qui ont été évacués et sur le sort desquels on sera fixé plus tard) ».
Octave Monjoin est hospitalisé en Allemagne à l'hôpital de Karlsruhe pour une fracture de la jambe, et est successivement détenu dans les camps de Rastadt, Nasbourg, Darmstatd, Nazelin et Wachta.
Le 31 janvier 1918, Octave-Félicien Monjoin, atteint de « démence précoce » est signalé disparu d'un convoi de rapatrié par la Suisse à destination de l'hôpital de Bron.
Il semble cependant que la découverte d'Anthelme Mangin errant en gare de Lyon le 1er février 1918 soit une légende. Une erreur aurait effectivement été commise à l'hôpital même de Bron, où Octave Monjoin n'ayant pas répondu à l'appel de son nom aurait été porté absent, tandis qu'un amnésique était indiqué en surnombre.
De ce simple quiproquo s'ensuivra alors l'une des énigmes les plus célèbres de l'entre deux guerres.


Octave Monjoin


Journal des Mutilés et Combattants
3 février 1935
Qui est l'amnésique de Rodez ?
Cliquez pour agrandir      Cliquez pour agrandir
17 janvier 1937
Le soldat inconnu vivant va-t-il enfin avoir un nom ?
Cliquez pour agrandir
21 mars 1937
Le soldat inconnu vivant aura bientôt un nom
Cliquez pour agrandir
11 avril 1937
Le soldat inconnu va-t-il enfin recouvrer son état-civil ?
Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir
15 août 1937
Quand réglera-t-on le sort de l'amnésique de Rodez ?
Cliquez pour agrandir
17 octobre 1937
Le soldat inconnu vivant aura bientôt un nom
Cliquez pour agrandir
21 novembre 1937
Le soldat inconnu vivant a retrouvé son nom
Cliquez pour agrandir      Cliquez pour agrandir
   

 

Rédaction : Thierry Meurant

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email