BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

 

Département et communes de la Meurthe - Henri Lepage (B)

Pour Blâmont : Le Département de la Meurthe - Henri Lepage - 1843
  Les Communes de la Meurthe - Henri Lepage - 1853

Barbas - Blémerey - Buriville


Le Département de la Meurthe - Henri Lepage - 1843

BARBAS (BARBAY, BARBAIX, BARBACUM), village de l'ancien duché de Lorraine, dans un vallon, sur le ruisseau du Vacon, à 60 kilom. S.-E.-E. de Nancy, 30 E. de Lunéville, chef-lieu de l'arrond., 30. S. de Blâmont, chef-lieu du canton. Pop. : 337 hab., 34 élect. cens., 10 cons. mun., 75 feux. Nombre d'enfants: 50 en hiver, 20 en etc. Surf, terril. : 360 hect. en terres lab., 120 en près, 5 en vignes, 55 en bois. L'hectare semé en blé peut rapporter 8 hectol., en orge 10, en seigle 8, en avoine 10 ; planté en vignes 30. On s'y adonne principalement à la culture du blé et à l'élève des chevaux. Lettres par Saint-Nicolas.
Anc. pop. : 1710, 27 hab., 14 gar.; 1802, 263 hab., 60 feux; 1822, 313 hab., 63 feux. - Anc.div.: 1594,prév. de Blâmont, bail. de Lunéville; 1751, bail. de Blâmont, gén. de Nancy, maît. de Lunéville, cout. de Blâmont ; 1790, canton et dist. de Blâmont. - Spir. : Doy. de Salm, dio. de Toul ; 1778, év. de Nancy.
Le village de Barbas date au moins, d'après des titres certains, du Xe siècle : Berthold, évêque de Toul, qui siégea de 993 à 1020, ayant rétabli l'abbaye de Saint-Sauveur en Vosges, donna à l'abbé de ce monastère autorité sur les villages de Domèvre, Barbay, Barbezieux, Harboué, Cirey et Blémerey; dans la donation faite à l'abbaye de Haute-Seille par Henri, comte de Salm, en 1186, on voit figurer le nom d'un seigneur voué de ce village.(Balduinus proepositus de Barbès), et en 1245, un autre évêque de Toul reconnut que l'abbé de Domèvre avait juridiction quasi - épiscopale sur les villages de Barbay, Harboué, etc. Cette commune faisait partie du domaine des comtes de Vaudémont, et c'est sans doute à ces seigneurs qu'il faut attribuer la construction d'an château qui fut, dit-on, ruiné par les Suédois. En 1710, il y avait un fief dans ce lieu. La maison de Barbas portait de gueules, à trois jemelles d'argent, l'écu bordé de même.

[...]
BARBEZIEUX. Nom donné à quelques maisons isolées, situées au bord de la route, sur le territoire de Barbas. Ainsi qu'on vient de le voir, Barbezieux était autrefois une localité de quelque importance, et qui remonte, aussi bien que le village dont elle dépend aujourd'hui, a une époque assez reculée. Elle aura sans doute été renversée pendant l'invasion des Suédois dont le passage est encore marqué sur notre sol par tant de ruines et de débris.

Les communes de la Meurthe - Henri Lepage - 1853

BARBAS. Par lettres datées du lundi après la Sainte-Agathe (février) 1337, Henri, sire -de Blâmont, donne, en récompense de services, à François de Herbéviller, chevalier, 10 livrées de terres sur les rentes de Deneuvre et de Barbaix, en accroissement de fief. (T. C. Deneuvre.)
En 1373, Jean Viriot, curé de Repaix, vend à Jean de la Chambre, écuyer, moyennant six petits florins de bon or, une pièce de pré au finage de Barbaix, lieudit la Foire, etc. En 1452, Jean de Bonviller, abbé de Saint-Sauveur, vend à Ferry, seigneur de Blâmont, les grosses dîmes de Deneuvre et Barbaix. (T. C. Blâmont.)
Par lettres du 8 mai 1491, Henri de la Mothe, écuyer, promet de racheter dans six ans l'engagement qu'Henri, sire de Blâmont, a fait au chapitre de cette ville, pour 42 florins d'or, de ce qu'il a en la ville de Blâmont, à Barbay, etc. (T. C. Blâmont fiefs).
Le 28 juin 1730, les gens des comptes de Lorraine ascensent à Nicole Monjean, veuve de Henri de Fontalard, le ruisseau qui coule sur le bau de Barbas, à charge par elle d'en payer un cens annuel de dix livres. (T. C. Blâmont l.). On lit dans les comptes du receveur du domaine de Blâmont, à la date de 1593 : « Les habitants de Barbay viennent plaider par devant le prévôt de Blâmont et payent chacun an rentes en deniers 4 sols fors et 4 resaux par moitié blé et avoine de chacune charrue; la vache qui fait profit 2 blancs, et la menue bête un denier fort; et quiconque ne fait labourage doit par chacun an un sol fort. Doivent par chacun an sur certaines hayes, au jour du nouvel an, un denier fort ; doivent la graisse à la Saint-Georges, la seille deux fois l'année au blé et à l'avoine, hormis ceux qui ont leurs femmes en couches pendant le mois de juillet, qui en sont francs, ensemble des faucheurs et faneurs pour les breuils de S. A. sis au comté dudit Blâmont, et chacun laboureur dudit lieu doit par chacun an trois journées de charrues pour aider à labourer les terres de S. A.; doivent la taille au jour Saint-Remy, au bon plaisir de S. A.; doivent aussi de leurs enfants pour guetter au château dudit Blâmont, si donc ils ne sont clercs ou de métiers. Les habitants dudit lieu doivent par chacun an, au jour du nouvel an, chacun conduit un denier fort à cause d'affouage. Doivent encore rentes en deniers et en grains. Les nouveaux entrants doivent dix francs à S. A. et à la commune dudit lieu par moitié.
« Doivent les laboureurs de Barbas, avec ceux des autres villages du comté de Blâmont, selon que les officiers du domaine trouvent raisonnable, charroyer par corvées tout les bois, pierre, chaux, sable et autres matériaux nécessaires, non seulement pour l'entretenement des château, greniers, moulins, halles, moitresse et autres usines princières et ce qui en dépend dans le temps qui leur est prescrit par les officiers, mais aussi pour la construction de neuves usines, s'il arrivait qu'il fût nécessaire d'en avoir, moyennant les miches comme à ceux de Blâmont. Et ceux qui ne font point de labourage doivent faire par corvée les menus ouvrages à faire auxdites réfections et constructions des usines, moyennant les miches à ^proportion qu'ils travaillent.
« Sont tous les habitants de Barbas obligés de venir moudre tous leurs grains, fouler leur chanvre et piller leur orge, fèves, millet, etc., aux moulins bannaux et battant de Blâmont, à peine de cent francs d'amende et confiscation des grains, chars et chevaux, et doivent payer, pour droit de mouture et foulage, comme ceux de Blâmont. Doivent encore la moitié d'un guet qui se pose sur une tour audit Blâmont pour prendre garde au feu et autres choses contre ledit Blâmont. Doivent venir en armes lorsque l'on fait justice audit Blâmont et en temps d'imminent péril, y étant commandés par le prévôt de Blâmont, sans qu'on leur doive pour ce aucune chose. Doivent encore les laboureurs de Barbas fournir le charroi de tout ce qu'il faut, comme pierres, bois, conroi, chaux, sable et tous autres pour l'entretien de la loge et chaussée de l'étang de Vilvaucourt, comme aussi du murot qui est au-dessus dudit étang. Ils sont encore obligés de charroyer aussi par corvée tout l'alevin et autres poissons nécessaires qui se prennent audit étang, pour peupler les autres étangs du comté, moyennant six jeunes poissons qu'on leur donne pour chaque voiture. Sont encore obligés de mener à la loge dudit étang tout le bois qui se brûle pendant la pêche, à charge d'avoir de chacune voiture deux jeunes poissons. Et quand il est nécessaire d'avoir des ouvriers, non seulement pour les réfections susdites, mais encore pour vider les fosses d'icelui à la fin de chacune pèche et accommoder des lieux propres pour mettre en réserve le poisson pendant lesdites pèches, les manouvriers dudit Barbas sont obligés d'y venir moyennant deux jeunes poissons à chacun par jour. Sont de plus obligés lesdits laboureurs de Barbas de ramener au château, ledit étang péché, tous les ustensiles, comme bateaux, rets, filets, tonneaux et autres nécessaires à ladite pèche, moyennant six jeunes poissons pour chacun char.
« Outre lesquelles reconnaissances les habitants de Barbas ont encore droit de mener leur bétail vainpâturer dans ledit étang lorsqu'il est vidé, privativement des autres villages circonvoisins, s'entend de trois années une, hormi les porcs qui n'y doivent point aller en tout temps. »
On trouve, à peu de chose près, les mêmes redevances et les mêmes droits pour les habitants des villages de Frémonville, Autrepierre, Blémerey, Répaix, Domèvre, Amenoncourt, Chazelles, Igney, Gondrexon, Halloville, Leintrey, Reillon, Domjevin et Remoncourt.
Le village de Barbas avait eu beaucoup à souffrir pendant les guerres du XVIIe siècle ; c'est ce qui est attesté par les passages suivants de la déclaration faite, en 1700, par la communauté de ce lieu : « Les habitants possèdent un pâquis qui de toute ancienneté leur servait pour le pâturage de leurs bestiaux, situé au ban dudit Barbas, lequel, depuis les guerres, est demeuré friche jusques à présent »
A la suite de l'énumération des biens de la communauté, on lit: « De tous lesquels biens, droits, bois et prés, les habitants dudit Barbas n'en peuvent produire aucuns titres, pour avoir été perdus, abandonnés ou brûlés, tant par la contagion qui a régné au comté de Blâmont, environ l'an 1630, que par le brul total qui a aussi réduit leur village tout en cendres, de même que leur église, où étaient déposés leurs titres avec les archives de la ville de Blâmont.. » En 1710, la communauté se composait de 28 habitants.
Comme paroisse, le village de Barbas était exempt de la juridiction épiscopale et dépendait entièrement, pour le spirituel, de l'abbaye de Domèvre. La cure a été détachée de celle de Cirey en 1708 (E. T.)
Barbas a été érigé en succursale, en 1802, avec Halloville pour annexe. Cette dernière commune dépend maintenant d'Ancerviller.
Patron, saint Luc.


Le Département de la Meurthe - Henri Lepage - 1843

BLÉMEREY, petit village de l'ancien duché de Lorraine, sur le Leintrey, à droite de la Vezouze, à 52 kilom. S.-E.-E. de Nancy, 22 E. de Lunéville, chef-lieu de l'arrond., 9 S.-O.-O de Blâmont, chef-lieu du canton. Pop.: 221 hab., 22 élect. cens., 10 cons. mun., 50 feux. Nombre d'enfants : 50 en hiver, 39 en été. Surf, territ.: 382 hect.; 236 en terres lab., 103 en prés, 24 en bois, 2 en vignes. Ecart: la ferme de l'Etang. Lettres par Blâmont.
Anc. pop.: 1710, 12 hab., 5 gar.; 1802, 183 hab., 33 feux ; 1822, 193 hab., 46 feux.- Anc. div.: 1594, prév. de Blâmont, bail. de Lunéville ; 1751, bail. de Blâmont, maît. de Lunéville, gén. de Nancy, cout. de Lorraine ; 1790. canton de Leintrey, dist. de Blâmont. - Spir.: Érigé en cure du dio. de Metz, en 1751.
Ce village faisait anciennement partie du domaine des comtes de Blâmont, et dès le XIIIe siècle, il existait déjà des seigneurs de Blémerey. En 1276, Aymar de Blémerey, vassal de Henri, sire de Blâmont, met en gage, entre les mains de son fils, tout ce qu'il tenait en fief de Henri. Dans d'autres titres, des XIIIe et XIVe siècles, les seigneurs de ce lieu se reconnaissent toujours hommes-liges des sires de Blâmont. Il paraît néanmoins que les abbés de St.-Remy de Lunéville étaient propriétaires de l'étang de Blémerey, ainsi qu'on le voit par un acte daté de 1321. La nomination à la cure appartenait à l'abbaye de Domèvre. MM. de Malvoisin et de Nettancourt en étaient seigneurs en 1711.

Les communes de la Meurthe - Henri Lepage - 1853

BLÉMEREY. On lit dans la Chronique de Richer, sous la date de 1010, que Bertholde, évêque de Toul, en fondant l'abbaye de Saint-Sauveur, donne à l'abbé de ce monastère le droit d'établir et de destituer les marguilliers des églises de Saint-Sauveur, de Domèvre, de Barbas, de Harboué, de Cirey, de Blémerey et de Bonmoutier.
Des lettres de Henri, sire de Blâmont, de l'an 1293, portent que Beaudoin de Blemery etElize, sa femme, ont vendu à Perrin d'Averoncourt 66 journaux de terre au ban dudit Blemery pour 50 livres de toulois.
Par lettres du mois de mai 1318, Jeoffroy de Dombray assigne les villes de Herbéviller, Blémery, etc., pour être tenues par Marguerite, femme de Henri de Blâmont, à cause de 150 livres de terre à elle marquées par son contrat de mariage. (T. C. Blâmont fiefs.)
Le lendemain de la fête Sainte-Catherine 1321, Jean, abbé de Saint-Remy de Lunéville, et ses religieux, donnent des lettres de Henri de Blâmont, sire dudit lieu, portant qu'il a payé 40 deniers de cens qu'il leur devait sur l'étang de Blémerey. (T. C. Blâmont.)
Le 10 janvier 1394, Jean Wisse de Gerbéviller, bailli de Lorraine, devient homme-lige de Henri de Blâmont pour le tiers des villes de Blemerey et Leintrey, que ledit Henri lui avait données. (T. C. Blâmont fiefs.)
Le 22 mai 1479, le même Jean Wisse de Gerbéviller reconnaît avoir reçu de Ferry et Olry de Blâmont cent francs pour le rachat de terres à Blémerey et Leintrey. (T. C. Blâmont 2.)
Par lettres patentes du 12 mai 1010, le duc Henri fait don de la moitié de l'étang de Blumery à M. du Chastelet, maréchal de Barrais, et lui permet de rebâtir un moulin sur la chaussée de cet étang. (L. P. 1616.)
Eu 1594, un nommé Petit Noël, de Blémerey, fut brûlé comme sorcier.
On lit dans les comptes du domaine de Blâmont : « Est de condition que les habitants du lieu de Blesmerey plaidant pardevant le prévôt de Blâmont, payent par chacun an rentes en deniers et en grains, savoir: de chacune charrée 4 sols forts et 4 resaux par moitié blé et avoine. Quiconque ne fait labourage doit par chacun an un sol fort: doivent la seille deux fois l'année au blé et à l'avoine au gagnage de S. A. sis audit Blâmont, des faucheurs et faneurs pour les breuils d'icelle sis au comté dudit Blâmont ; la taille Saint-Remy au bon plaisir de S. A., graisse et couvrechef; doivent de leurs enfants pour guetter au château dudit Blâmont, s'ils ne sont clercs ou de métiers. Les nouveaux entrants audit Blesmerey doivent chacun pour leur bienvenue dix fr. à S. A. et à la commune dudit lieu pour moitié. »
Blémerey, qui avait été annexé à Saint-Martin, en 1807, a été érigé, le 20 novembre 1816, en succursale, ayant Reillon pour annexe.
Patron, saint Hilaire.


Le Département de la Meurthe - Henri Lepage - 1843

BURIVILLE (BURI-VILLA), petit village de l'ancien évêché de Metz, à 49 kilom. S.-E.-E. de Nancy, 19 S.-E.-E. de Lunéville, chef-lieu de l'arrond., 13 S.-O. de Blâmont, chef-lieu du canton. Annexe d'Ogéviller. Pop. : 191 hab., 19 élect., cens., 10 cons. mun., 45 feux. Nombre d'enfants : 43 en hiver, 20 en été. Surf. territ.: 474 hect. en terres lab., 30 en prés, 775 en bois. L'hectare semé en blé, orge et seigle, peut rapporter 10 hectol., en avoine 12. On y élève des vaches et des porcs. Lettres par Blâmont.
Anc. pop. : 1802, 101 hab., 24 feux ; 1822, 162 hab. 54 feux. - Anc. div. : 1756, juridiction, subdélégation et gén. de Vic, parlement de Metz ; 1790, canton de Bénaménil, dist. de Lunéville. - Spir. : Ann. d'Hablainville, puis érigé en cure en 1727, doy. de Deneuvre, dio. de Toul.
Ce village faisait partie du domaine des évêques de Metz, quoique dépendant du diocèse de Toul. Il fut donné, en 1111, à l'abbaye de Senones par l'empereur Henri IV. En 1593, le chapitre de Darney céda au duc de Lorraine son droit de vénerie sur les habitants de ce lieu, pour avoir 500 jours de terreau bois de Villemont et de Montureux-sur-Saône.

Les communes de la Meurthe - Henri Lepage - 1853

BURIVILLE. On lit dans la Chronique de l'abbaye de Moyenmoutier, sous la date de 1070, qu'un nommé Maffride, fils de Dietbert, de Buriville (de Buri villa), donna à cette abbaye une partie de son alleu de ce lieu, avec un serf et une servante; et que Conon, frère de Maffride, voulant imiter l'exemple de celui-ci, fit une semblable donation au même monastère. (H. L.)
En 1313, Henri de Blâmont, voulant prévenir les difficultés qui pourraient, après sa mort, s'élever entre ses enfants, Henri et Ernekin, au sujet des biens de Cunégonde, leur mère, donne à Henri, son aîné, les château, ville, etc., de Blâmont, et à Ernekin les château et bourg de Deneuvre, Fréménil, Buriville, Herbéviller, et plusieurs autres terres. Par suite d'un autre acte de partage fait, en 1351, entre Thibaut de Blâmont, Henri de Faucogney et Jeanne de Blâmont, sa femme, il fut convenu que ce dernier continuerait à posséder les fiefs de Buriville, Reclonville et le château de Magnières. (T. C. Blâmont.)
Il paraît, néanmoins, que les évêques de Metz possédaient aussi quelque chose à Buriville, car il y eut, du temps de l'évêque Ademare (vers 1357), plusieurs reprises faites par divers seigneurs pour les fiefs qu'ils tenaient de l'Evèché aux villages de Guermange, Buriville, etc. (H. M.)
Buriville, qui avait été annexé à Reclonville en 1802, dépend aujourd'hui de la paroisse d'Ogéviller.
Patron, saint Basle.
 

  

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email