BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


1893 - Acquisition de nationalité


Le document reproduit ci-dessous permet de comprendre la présence de "Alfred Merciot" sur le monument au mort de la commune de Blâmont.

Car Alfred-Christophe-Jacob MERCIO, fils d'Elisa Merciot (née à Blâmont le 5 janvier 1850), est né allemand, en Alsace-Lorraine, le 20 décembre 1882 à Strasbourg (le registre indique "Merciot"). L'indication "[père ayant perdu la qualité de Français]" est sans doute fausse (car il semble qu'il ne s'agisse pas d'un père n'ayant pas opté à temps ou ne l'ayant pas souhaité, mais bien d'une absence de père légitime - Voir note ci-dessous). Alfred n'obtient la nationalité française que par décision judiciaire à l'âge de 10 ans, alors qu'il habite Blâmont.
Membre de la société de tir de Blâmont en 1900, puis incorporé au 37ème régiment d'infanterie, il entre en 1904 à l'école militaire d'infanterie de Saint-Maixent. En 1907, il est sous-lieutenant au 149ème régiment d'infanterie, en garnison et domicilié à Epinal.
Le 1er avril 1909, il est promu lieutenant , et épouse à Epinal en août 1909 Marie Hoffert (née à Nancy).
A la déclaration de guerre, il est lieutenant au 170ème régiment d'infanterie (3ème bataillon 11ème compagnie), et est tué le 12 décembre 1914 à Sacy (Aisne). Le Journal des marches et opérations du 170ème régiment précise : « Le reconnaissance des secteurs est effectuée conformément aux prescriptions contenues dans l'ordre du 11 décembre.
Vers 14 heures, alors qu'il circulait dans les tranchées voisines de St Victor, le lieutenant Mercio de la 11ème compagnie tombe mortellement frappé par un schrapnell. »


A la déclaration de guerre, Alfred Mercio habitait le fort d'Uxegney : le jugement de décès a ainsi été transcrit à Uxegney (88) le 9 avril 1915, et Alfred Mercio figure aussi sur le monument aux morts de cette commune.

* Note : l'acte de naissance n'indique pas de père. Dans l'état du recensement de 1911, Elisa Mercio (née Merciot, à Blâmont) habite 113 rue des Voileurs avec son époux, Emile Mercio, journalier domestique chez Lafrogne, indiqué de nationalité française. Emile Joseph Mercio  est né à Héming le 19 mars 1860.
En 1886, Elisa Merciot habite déjà au 113 rue des Voileurs, avec uniquement sa mère, sa soeur ainée et son fils. Dix ans plus tard, les recensements ne mentionnent plus au 113, qu'Emile Mercio, velouteur, et Elisa Merciot, velouteur, sans présence de l'enfant.
Devant la proximité des noms "Mercio" et "Merciot", et en considérant que les documents mentionnent les noms exacts, on peut penser que le mariage (dont nous n'avons pas le lieu ni la date) d'Elisa et Emile serait intervenu entre 1886 et 1893, et qu'Emile Mercio aurait alors adopté l'enfant, puisqu'Alfred-Christophe Jacob est nommé "Mercio" à compter de 1893 : peut-être est-ce même à l'occasion de cette adoption, qu'il est apparu que l'enfant était né allemand (le recensement de 1886 ayant éludé la question en présentant l'enfant de 3 ans comme français), d'où la nécessité de le réintégrer dans la nationalité française.
Nous avons écrit dans l'article Livres d'or et monuments aux morts 1914-1918 qu'il conviendrait sans doute de corriger le nom de "Merciot" en "Mercio" sur le monument aux morts de la commune de Blâmont : en effet, le nom du militaire décédé est alors "Mercio", même si son nom de naissance est "Merciot". Car nos cantons frontaliers soulèvent déjà d'énormes problèmes de nationalité à la veille de la première guerre mondiale : mais si jusqu'en 2012 les communes disposaient du libre arbitre pour les monuments aux morts, la loi du 28 février 2012 impose de  faire figurer tous les soldats morts pour la France. Mais, et ce n'est peut-être qu'un détail, est-ce le nom de naissance ou le nom de décès ? Nous estimons qu'au seul titre de la loi, ce ne peut être que le nom utilisé lors de la l'inscription "mort pour la France", d'où l'ampleur de cette note.


Journal officiel de la République française
2 septembre 1922

Le Ministère de la guerre et des pensions [...] arrête :
Sont inscrits au tableau spécial de la Légion d'honneur, à titre posthume, les militaires dont les noms suivent :
[...]
MERCIO (Alfred-Christophe-Jacob), mle 70, lieutenant: officier d'une Bravoure et d'un sang-froid remarquables. Tombé glorieusement pour le salut de la patrie, le 12 décembre 1914, à Sacy. Croix de guerre avec étoile d'argent.


Bulletin officiel du Ministère de la justice.
N° 69. JANVIER-MARS 1893.

TROISIÈME PARTIE.
DÉCLARATIONS DE NATIONALITÉ.
ACQUISITION ET RÉPUDIATION DE LA QUALITÉ DE FRANÇAIS.
[...]
430° LAZARUS (Marx), né le 15 septembre 1872 à Pfaffenhofen ( Alsace Lorraine), demeurant à Blamont (Meurthe-et-Moselle ) [ père réintégré dans la qualité de Français]
Déclaration souscrite le 20 janvier 1893, en vertu de l'article 18 du Code civil, devant le juge de paix du canton de Blamont.
[...]
507° MERCIO (Alfred-Christophe-Jacob), né le 20 décembre 1882 à Strasbourg (Alsace), demeurant à Blamont (Meurthe-et-Moselle) [père ayant perdu la qualité de Français].
Déclaration souscrite le 28 janvier 1893, en vertu de l'article 18 du Code civil, devant le juge de paix du canton de Blamont.
[...]
739° STREIFF (Louis-René-Édouard), né le 10 décembre 1872 à Guermange (Alsace- Lorraine), demeurant à Harbouey (Meurthe-et-Moselle ) [père réintégré dans la qualité de Français ].
Déclaration souscrite le 30 décembre 1892, en vertu de l'article 18 du Code civil, devant le juge de paix du canton de Blamont (Meurthe-et-Moselle).

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email