BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


14 août 1870 - Les Prussiens à Blâmont
 


Le défaite française est suivie de l'occupation allemande dès le 14 août 1870. Nous avons déjà relaté dans l'article "Août 1870 : portes fermées=système criminel ?", la désapprobation muette de la population (« Les journaux allemands se plaignent de ce que les armées prussiennes ont trouvé toutes les maisons, depuis Blamont jusqu'à Lunéville, hermétiquement fermées ».)
Certes, il y aura de juillet à septembre 1870 quelques escarmouches dans les Vosges entre les troupes allemandes et la garde nationale mobile de la Meurthe (voir Septembre 1870 - Invasion de la Lorraine par les Prussiens), mais sur le Blâmontois c'est bien davantage une occupation pacifique qui va s'instaurer jusqu'en juillet 1873 (voir 1872-1873 - Occupation allemande à Blâmont)

Nous connaissions le témoignage du colonel Charles Pyndar Beauchamp Walker, attaché militaire anglais auprès du prince héritier de Prusse sur son passage à Blâmont le 14 août. En complément, le Figaro du 27 août 1870 donne le témoignage d'un correspondant de presse anglais.


Le Figaro
27 août 1870

Le correspondant du Times a envoyé à un journal un tableau très frappant de l'état des esprits dans les villages que traverse l'armée du prince royal
A mesure que nous avançons, le pays parait se vider. Les pharmaciens restant seuls à leur poste. Les Prussiens les plus enragés ne peuvent découvrir, dans la population, la moindre trace de bienveillance et de neutralité. Les vieillards sont sur le seuil de leurs maisons, le visage grave, racontant à leurs petits-enfants les invasions du passé et traitant probablement ce spectacle de scène à effet, devant s'évanouir aussitôt qu'il sera face à face avec la grande armée.
Il serait difficile de contenir ces populations en cas de retraite vers la frontière. Mais c'est affaire aux généraux prussiens, - Cependant, quelle manie de militarisme chez les Français !
Probablement, les gamins seraient partout les mêmes. Mais, au sortir de Blamont, une bande d'enfants accompagnait, au pas militaire, la musique du 58° régiment prussien. La musique prussienne produit, du reste, partout un grand effet.
Dans les petits villages, le 15 août, les habitants sortaient de leurs églises pour la voir passer. Presque toutes les maisons sont closes.
Bien que la Lorraine soit depuis peu de temps réunie à la France, elle est profondément française.


Il est évident que ceci doit étonner un Anglais, car l'Irlande est réunie depuis sept cents ans à l'Angleterre sans être plus anglaise pour cela.

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email