BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


Morts de la guerre 1870-1871 - Les mobiles
 


Nous avons déjà présenté le monument aux morts cantonal de la guerre de 1870, au cimetière de Blâmont, son inauguration le 10 juin 1900, puis le récit d'Emile Badel sur les mobiles de la Meurthe. Avec Le Tableau d'honneur de la Meurthe de Henri Lepage, nous sommes désormais en mesure d'apporter quelques précisions sur les morts de la guerre de 1870.
Les pertes françaises de cette guerre, estimées à 140 000 tués, sont dix fois inférieures à celle de la première guerre mondiale.
Il faut aussi rappeler que l'armée de 1870 complète les engagés volontaires par un service long de 5 ans, déterminé par tirage au sort avec possibilité de remplaçant, et ce n'est que par lois successives de 1872 (suppression du remplacement, tirage au sort pour durée de 1 an ou durée de 5 ans), 1889 (durée 3 ans, avec toujours tirage au sort pour un an seulement), 1905 (service universel de 2 ans) et 1913 (passage de la durée à 3 ans) que l'on instaure une conscription égale et obligatoire.

Les conditions sont donc très nettement différentes, et si les pertes du cantons lors de la première guerre mondiale sont de 400 soldats, nous n'avons pas d'état des morts dans les régiment de l'armée active en 1870, permettant de savoir si la proportion est similaire.

En ce qui concerne les mobiles, le décret impérial du 16 juillet 1870 mobilise le second bataillon de la garde nationale mobile de la Meurthe, qui ne s'assemble à Lunéville que le 3 août 1870. Malgré l'invasion rapide de la Lorraine, les 750 hommes du bataillon restent ensuite cantonnés à Langres jusqu'au 18 septembre ; de retour sur Epinal, leur premier engagement, dit combat de Raon-l'Etape, a lieu le 27 septembre à la scierie Lajus, où est tué le premier mobile du canton, Auguste Martel.
 
    Naissance Décès  
DOMBRAT Charles-Joseph 5 septembre 1845, à Domjevin, fils de Charles-Ignace, cultivateur, et Marguerite Marchal 18 janvier 1871 Garde au 2d bataillon de la Meurthe, tué dans les combats devant Héricourt (Haute-Saône).
MARTEL Auguste 26 août 1848, à Ogéviller, fils de Hubert, maçon, et Marguerite Moitrier 27 septembre 1870 Garde au 2d bataillon de la Meurthe, tué au combat de Raon-l'Etape (Vosges)
MELNOTTE Marie-Antoine-Victor 24 décembre 1825, à Blâmont, fils de Nicolas François, Marchand, et Marguerite Rose Schwach 9 décembre 1870 Corps-franc, blessé le 19 novembre 1870 lors de l'attaque de Châtillon-sur-Seine. Décédé e suite de ses blessures à l'hôpital de Châtillon
PICARD Charles-Oreste 9 novembre 1848, Parroy, fils de Jules, charbonnier, et Luce-Marie Masson. - Domicilié à Emberménil. 6 octobre 1870 Garde au 2d bataillon de la Meurthe, tué au combat de la Bourgonce (Vosges)
PIERSON Joseph Auguste 23 avril 1846, à Verdenal ? La table décennale indique « Auguste Joseph Pierson » mais l'acte de naissance « Pierron » 6 octobre 1870 Garde au 2d bataillon de la Meurthe, tué au combat de la Bourgonce (Vosges)


Tableau auquel on peut peut-être ajouter
 
CLASQUIN Jean Baptiste 14 septembre 1848 à Verdenal, fils de Jean-Baptiste et Magdeleine Rose Grolle ? 30 novembre 1870 Garde au 2d bataillon de la Meurthe, tué le au combat de Montbarrois (Loiret)

 

Rédaction : Thierry Meurant

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email