BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

Accès à la rubrique des textes concernant 1914-1918

Louis Foell, cafetier victime des Allemands (1854-1914)


L'Est-Républicain vient de publier (10/2014) dans le cadre du centenaire 14-18, la page ci-contre consacrée au cafetier blâmontais Louis Foell.

Ayant cumulé par de nombreux articles de ce site des informations éparses, en voici le regroupement, que nous compléterons ultérieurement en cas d'émergence de nouveaux documents.

Louis Foell est né le 11 février 1854 à Oberbetschdorf (Bas-Rhin, commune qui a fusionné en 1971 avec Niederbetschdorf pour former celle de Betschdorf). Il est le fils de Henri Foell, cabaretier à Oberbetschdorf, et de Dorothée Wolff.

Optant en 1872, limonadier à Blâmont, il épouse le 29 avril 1878, Léonie Camille Estienne (née le 18 février 1850 à Maizière les Vic, Moselle). Le couple aura deux enfants : Louise (née à Blâmont le 10 février 1879, décédée à Blâmont le 17 mai 1952) et Léa (1880).

Place Carnot

Tenant depuis 1878 le café du Commerce (place Carnot), Louis Foell est très présent dans la vie blâmontaise : il est membre de la société de tir du 41ème régiment territorial de Blâmont (on peut lire régulièrement ses résultats de tir dans l'Est Républicain de 1890, 1891, 1893, 1895, 1896, 1897, 1898, 1900, etc) Café Toel et Porte

L'exécution du 13 août 1914

Le 13 août 1914, Louis Foell est fusillé par les Allemands contre le mur de la mairie.
Les versions diffèrent quelque peu :

André Lahoussaye nous dit (Est-Républicain - 31 janvier 1915)
« Une heure plus tard, au moment de la fusillade quotidienne, M. Louis Foël, attendant sur le seuil de sa porte, avant d'aller s'étendre sur son lit, la rentrée d'un officier supérieur qu'il avait à loger, fut brusquement empoigné et entraîné. Collé au mur de l'hôtel de ville, contre une affiche de mobilisation, à quelques centimètres de la boîte aux lettres, il tombait fusillé moins de cinq minutes après son arrestation : son cadavre, monté au cimetière par ses assassins, fut jeté en travers d'une tombe où il resta, loque pitoyable et sanglante, jusqu'à la fuite des barbares - ceux-ci ayant fait défense à la famille de l'ensevelir.
J'ai lu et j'ai entendu raconter, depuis mon retour de l'exil, le récit de la mort de Louis Foël. Personne n'en a su ni vu les véritables péripéties et il faut que tout le monde les connaisse. Louis Foël n'a ni provoqué, ni menacé ses agresseurs d'un revolver. Il avait subi sans révolte et sans rébellion le sac de sa maison, et il fut saisi comme je viens de le dire, au seuil de son logis par la meute hurlante et furieuse. Fort comme Hercule, il secoua ses agresseurs à plusieurs reprises et arriva, poussé plutôt que traîné, gardant ses bras libres, contre le mur d'exécution.
Debout, les bras croisés, les dominant de sa haute stature, le vieil Alsacien septuagénaire regarda ses bourreaux sans sourciller, en les narguant de l'ironique sourire que nous lui connaissions tous et il s'abattit sous la rafale de Mauser comme s'abat le chêne sapé par la hache.
C'est un gendarme allemand qui m'a raconté la scène du meurtre à laquelle il assista. Par extraordinaire, ce gendarme teuton n'avait pas une âme de bête féroce et il m'avoua que l'exécution du vieillard l'avait bouleversé et indigné. Je dois à la mémoire du martyr - dont j'étais l'ami personnel - de faire connaître ce témoignage d'un soldat ennemi est de proclamer que son nom mérite de rester dans l'histoire à côté de celui des héros. »


Dans le Bulletin de Meurthe-et-Moselle du 22 février 1915 Joseph Colin écrit :
« M. Bentz, maire de la ville, fut amené au poste le 13, vers 11 heures du soir, relâché le 14 au matin, après avoir défilé avec nous devant le mur où était collée la cervelle de l'infortuné M. Foel dont l'exécution est inexactement rapportée d'ailleurs. »
Il précise sa version dans une lettre du 25 décembre 1914 :
« A peine étais-je enfermé, on fusillait un cafetier alsacien revêche, qui avait pris peur, s'était sauvé de chez lui et avait été pris au moment où, dans une ruelle, il se faufilait dans une maison amie. Trouvé porteur d'un révolver il n'y a pas coupé. C'est un facteur de ma délivrance : ils avaient une victime, cela leur a suffi. Au matin on nous fit défiler devant la cervelle du bonhomme collée au mur maculé de sang [...] »

Signalons aussi trois dépositions devant la commission d'enquête instituée en vue de constater les actes commis par l'ennemi en violation du droit des gens :
- La présence de l'arme est rapportée dans le déposition du 6 septembre 1914 de Joseph Georges :
« Ils ont décidé alors de prendre des otages.
Ils ont commencé par M. Foëll, cafetier. Ils l'ont fait fusiller le lendemain, sous prétexte qu'il avait été trouvé porteur d'un revolver. M. Foëll était originaire de Sarrebourg et âgé de cinquante ans. »

- Eugénie Demange, entendue le 25 novembre 1914, déclare :
« lls ont fusillé sans motif, au coin de l'hôtel de ville, M. Foëll, cafetier. Après son exécution, ils sont allés dire à sa femme que c'était une erreur. »

- Dans sa déposition du 22 septembre 1915 (reprise nationalement dans le Temps du 19 décembre 1915), Charles Bentz, maire de Blâmont expose :
« Le 13, vers huit ou neuf heures du soir, un peloton de douze hommes est venu me chercher à mon domicile et m'a emmené menottes aux mains. En arrivant près de la place Carnot, devant la maison de Mme Brèce, les soldats m'ont montré une ouverture de grenier, de laquelle, prétendaient-ils, on avait tiré sur eux; puis on m'a conduit sur la place de l'Hôtel-de-Ville, où j'ai trouvé M. Foëll, cafetier, qui avait été arrêté et qu'on a « collé au mur » devant un peloton d'exécution. Alors que le malheureux Foëll attendait, la mort, le commandant de place fit aux troupes une allocution qui dura bien dix minutes ou un quart d'heure, tandis que les soldats me crachaient au visage et me frappaient à coups de pied et à coups de poing. Enfin, Foëll fut exécuté en ma présence et tomba comme une masse..»

Enfin, dans son journal, soeur Euphémie, de l'hôpital de Blâmont, écrit à la date du 13 août :
« Les malheureux prisonniers, gardés a vue dans la halle, se demandaient se qu'il allait advenir. Au point du jour, les Allemand prirent parmi eux M. Foël et le plantèrent devant la ma[i]rie où il fut fusillé. M. le curé, appelé auprès de la pauvre victime, quelques instants avant sa mort, reçut cet ordre brutal : « Donnez l'absolution à cet homme, après vous prendrez sa place et vous serez exécuté comme lui ». Notre digne pasteur prononce tout de même la formule du pardon, puis entendit distinctement le pauvre M. Foël lui dire : « je n'ai pas tiré ». Quelques instants après, il tombait criblé de balles »


A quelques discordances près, ces différentes versions, rejoignent et complètent celle qu'a conservé en mémoire la famille de Louis Foell :

« Il a été interpellé chez lui après que des coups de feu aient été tirés ; son origine alsacienne en faisait un coupable idéal. Il se méfiait beaucoup de allemands qu'il avait fuit en 1870 et pour cette raison, avait effectivement un revolver sur lui mais il n'en avait pas fait usage. Ces deux raisons le condamnaient d'emblée, ce qu'il savait
Il a en outre tenu tète aux allemands en leur répondant sur le même ton et dans leur langue ce qui a eu pour effet d achever de les irriter et l'a mené droit au poteau d'exécution à quelques dizaines de mètres seulement de son domicile où se sachant perdu il a toisé les allemands les bras croisés ou les mains sur les hanches avant de s'effondrer sous leurs balles ».

Après l'exécution

La famille fait partie du convoi d'évacués du 18 avril 1915 vers l'Allemagne, puis rapidement la Suisse, pour retour en France à Annemasse dès début mai  (voir la liste des rapatriés civils du 6 mai 1915)

En octobre 1920, la commune de Blâmont fait don d'une plaque commémorative en mémoire de Louis Foell, dont l'inauguration est prévue par la section locale de l'AMC le 2 novembre 1920 : la relation de cette cérémonie est faite dans le journal L'Ancien combattant du 15 novembre 1920 :
« Mardi 2 novembre, fête des morts, a eu lieu l'inauguration des plaques commémoratives que l'A.M.C. et la municipalité avaient décidé de poser pour perpétuer le souvenir des habitants de Blâmont, victimes de la cruauté des Allemands, au cours de la première occupation de la ville.
Le conseil municipal, en corps, y assistait.
En plus de l'A.M.C., la 320e section des Vétérans, la compagnie des sapeurs-pompiers, les enfants des écoles conduits par leurs maîtres et maîtresses, les fonctionnaires, formaient un imposant cortège, auquel la population s'était jointe en foule. [...]
Enfin, sur la place de la Mairie a lieu l'inauguration de la plaque apposée au mur de l'hôtel de ville où eut lieu l'exécution de M. FOELL, âgé de 60 ans.
Après un émouvant discours de M. BENTZ, maire de Blâmont, qui rappela la journée du 13 août 1914 et les atrocités allemandes qui la marquèrent, l'assistance se retira fortement impressionnée par cette pieuse cérémonie. »
On ignore ce qu'est devenue cette plaque, apposée à gauche de la porte gauche de l'hôtel de ville, comme on la voit sur la photographie ci-contre :
A-t-elle été supprimée par les Allemands entre 1940 et 1944 ? Sur les rares cartes postales d'après guerre la plaque est absente...
La Mairie

Le nom de Louis Foell ne figure plus aujourd'hui que sur le monuments aux morts, parmi les autres victimes civils de cette semaine de barbarie bavaroise.


Rédaction : Thierry Meurant

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email