BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

Accès à la rubrique des textes concernant 1914-1918
 


Livres d'or et monuments aux morts  1914-1918 (1/7)
 

Page suivante


Lorsqu'en 2013 a été lancé avec les élèves du collège de Blâmont le recensement des monuments aux morts du canton concernant la première guerre mondiale, avec l'édition du recueil « Monuments aux morts du Blâmontois - 34 communes lorraines dans la guerre 1914-1918 », il est apparu que
  • 25 communes possèdent un monument aux morts ;
  • 3 communes (Buriville, Chazelles et Gondrexon) n'ont ni plaque ni monument ;
  • 6 communes (Blémerey, Gogney, Nonhigny, Reillon, Remoncourt et Xousse) n'ont qu'une plaque.

Parmi les monuments, le plus ancien est de celui de Harbouey (affecté à cette fonction dès 1900), et le plus récent celui de Saint-Martin réalisé en 2011. Les autres monuments datent de l'après guerre, dans la période des subventions prévues par la loi du 25 octobre 1919 (voir Lois commémoratives - 1919).

Mais l'article 3 de cette même loi prévoit :
« L'État remettra à chaque commune un livre d'or sur lequel seront inscrits les noms des combattants des armées de terre et de mer, morts pour la France, nés ou résidant dans la commune.
Ce livre d'or sera déposé dans une des salles de la commune et tenu à la disposition des habitants de la commune. »


Nous allons donc comparer les livres d'or remis à chaque commune et les très nombreuses informations recueillies lors du recensement de 2013, concernant les seuls militaires décédés, et éventuellement les victimes civiles que mentionnent étrangement les livres d'or de quelques communes (Mignéville, Montreux et Vaucourt). Cette présence de civils sur les livre d'or est incompatible avec la loi de 1919, qui ne prévoit que les « combattants des armées de terre et de mer, morts pour la France », excluant même les soldats ne bénéficiant pas de cette mention (comme les soldats suicidés Paul Godchot à Blâmont, Camille Maire à Reillon, ou le fusillé Charles Vally à Herbéviller).

La comparaison permet de

  • corriger certaines erreurs du recensement de 2013,
  • y ajouter des renseignements supplémentaires
  • relever des erreurs ou manques dans le livre d'or fourni aux communes,
  • détecter les éventuels manquants sur les monuments aux morts.

Car si suite à la loi du 25 octobre 1919, la réglementation restait floue en matière de noms à porter ou non sur les monuments (rappelé le 14 septembre 2004 par le tribunal de Nancy : « aucun texte législatif ou réglementaire ne détermine les conditions d'inscription d'un nom sur les monuments aux morts communaux »), il en va différemment depuis la loi du 28 février 2012.
Désormais, « Lorsque la mention « Mort pour la France » a été portée sur son acte de décès dans les conditions prévues à l'article L. 488 du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre, l'inscription du nom du défunt sur le monument aux morts de sa commune de naissance ou de dernière domiciliation ou sur une stèle placée dans l'environnement immédiat de ce monument est obligatoire ».
On remarque d'ailleurs dans cette loi une ambiguïté : « le monument aux morts de sa commune de naissance ou de dernière domiciliation » implique-t-il que le nom doivent obligatoirement figurer sur deux monuments si le décédé n'habitait plus sa commune de naissance ?

I - Les erreurs ou compléments du relevé de 2013 - Corrections 06/201
6

Sur les 482 fiches du document « Monuments aux morts du Blâmontois », les erreurs repérées par croisement avec les livres d'or sont sont peu nombreuses, et souvent dues à des calligraphies ambigües des fiches originales.

Certains soldats n'ont pas bénéficié de la mention « mort pour la France » (95 000 fiches de militaires sont ainsi majoritairement des cas non instruits pour l'obtention de la mention). Pour cette raison, certaines fiches de 2013 étaient incomplètes : elles sont ajoutées à ce correctif, avec en note la mention « Non mort pour la France ».
Par ailleurs le document PDF ci-contre apporte les corrections à insérer dans le recueil « Monuments aux morts du Blâmontois », et ne concerne donc que les noms apparaissant sur les monuments aux morts actuels (2013-2014). Les noms oubliés sont traités dans la partie II du présent article.


Correctifs "Monuments aux mort" 06/201
5

II - Livre d'or des communes et monuments aux morts

Les listes du recensement de 2013 ont été vérifiées sur les monuments eux-mêmes : ainsi le fait qu'une ligne des tableaux précise en colonne « Livre d'or », « Ne figure pas sur le livre d'or » est sans incidence.
Mais si la mention est « ... ne figure pas sur le monument », il faudra alors se poser la question au regard de la loi de 2012 (même si le nom figure sur un autre monument ?)

Les tableaux incluent les corrections apportées au point n° I. Mais ne sont repris dans ces tableaux que les militaires décédés lors de la première guerre mondiale (et parfois les civils cités par les livre d'or).

En l'absence d'indication dans la colonne « Livre D'or », les informations entre la liste et le livre d'or sont similaires.
Rappelons aussi que si la colonne « Date de naissance » n'indique pas de lieu, il faut y comprendre que la commune de naissance est celle du monument décrit.

Page suivante


Amenoncourt Harbouey
Ancerviller Herbéviller
Autrepierre Igney
Avricourt  Leintrey
Barbas Mignéville
Blâmont Montreux
Blémerey Nonhigny
Buriville Ogéviller
Chazelles sur Albe Reclonville
Domèvre sur Vezouze Reillon
Domjevin Remoncourt
Emberménil Repaix
Fréménil Saint-Martin
Frémonville Vaucourt
Gogney Vého
Gondrexon Verdenal
Halloville Xousse


 

Rédaction : Thierry Meurant

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email